Life, it seems, will fade away [Juliet]



InformationsContact
avatar
Messages : 5820
Points : 6710
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Aoû - 14:04



Oh ! c’est ici que je veux fixer mon éternelle demeure et soustraire au joug des étoiles ennemies cette chair lasse du monde… [Roméo et Juliette, acte V, scène 3]


Nuit du 19 au 20 Avril 2016 - Venant troubler le silence qui régnait dans la grande maison convertie en infirmerie pour les besoins du camp, Logan ouvrit la porte d'entrée d'un geste brusque et se rua à l'intérieur. Accroché à son bras, un Isha pas tout à fait conscient se traînait à ses côtés, visiblement mal en point. Ils eurent tout juste le temps de faire quelques pas dans le couloir de l'entrée que le médecin du camp fonça sur eux pour venir à leur rencontre. « Il a besoin d'aide ! » grogna Logan en se retirant de l'étreinte de son fils pour le coller dans les bras du chirurgien. Son propre visage était tordu d'une grimace douloureuse, mais il fit taire le médecin d'un seul regard noir. « Occupez-vous de lui. » ordonna-t-il. Le gosse n'était probablement plus en danger, mais après tout, la seule raison pour laquelle le barbu était revenu jusqu'ici, c'était pour s'en assurer. Il se laissa tomber contre un mur pour supporter à sa place son poids et regarda les deux silhouettes s'éloigner dans le couloir. Une main tremblante vint se poser contre sa hanche, par-dessus son t-shirt trempé de l'eau du lac et de sang. Il siffla entre ses dents lorsque ses doigts se posèrent sur son corps, mais fit de son mieux pour retenir un son plus inquiétant de traverser ses lèvres. À quoi bon ? Il ne voulait surtout pas que le médecin de Fort Hope ne se penche sur son cas, ça n'avait plus la moindre importance après qu'il lui ait fallu plus de deux heures pour rentrer. Et surtout, il n'avait aucune confiance en cet homme.

Et puis, il avait mieux à faire maintenant. Prenant sur lui pour ignorer la douleur qui n'était d'ailleurs pas vraiment énorme, Logan se redressa sur ses jambes et pénétra plus franchement dans l'infirmerie. Il retrouva rapidement les deux hommes installés dans la salle que le médecin utilisait pour ausculter ses patients. Il avait tellement de choses à faire et plus suffisamment de temps pour tout... « Est-ce que Juliet est là ? » demanda-t-il du même ton froid et dur qu'il prenait toujours quand il s'adressait à Donovan. Le neurochirurgien lui indiqua une chambre à l'étage, ce qui soulagea considérablement le géant qui disparut aussitôt sans un regard en arrière. Il faudrait qu'il parle à Isha aussi, s'il en avait le temps, mais pour l'instant le plus important était que le gamin retrouve ses esprits et que tout danger soit écarté pour lui.

Le pas incertain de Logan le mena tout de même jusqu'aux escaliers, qu'il grimpa en se retenant un maximum à la rambarde. Le silence de mort qui régnait partout l'inquiétait en même temps qu'il l'apaisait. Bientôt, ce serait toujours comme ça pour lui. Le silence, pour toujours. Cette idée était étrange. Mourir l'avait toujours pas mal effrayé, même quand l'idée s'insinuait perfidement dans son esprit. Mais, d'une façon ou d'une autre, il était parvenu à se convaincre, avec le temps, que le jour où il mourrait... Ce serait rapide et inattendu. Une balle dans la tête, un coup de couteau dans le ventre ou ailleurs, peu importe, il s'était toujours imaginé qu'il mourrait de la main d'un vivant et que ça le prendrait par surprise, sans qu'il n'ait le temps de penser à ce que tout cela impliquait. La mort qui s'insinuait dans ses veines en ce moment était bien inattendue, en effet. Mais certainement pas rapide, loin de là. Il avait tout le temps du monde pour y penser, encore et encore. Vingt-quatre longues heures pour réfléchir à tout ce qu'il avait mal fait et à tous les regrets qu'il avait. C'était la pire façon de quitter cette Terre. Et pourtant, ça avait un côté apaisant aussi. De se dire qu'il n'avait plus que quelques heures à supporter cette vie horrible et qu'ensuite, ce serait terminé pour de bon. Il aurait presque pu l'accepter s'il ne laissait pas tant de gens derrière lui pour qui il s'inquiétait déjà plus que pour lui-même.

Difficilement, le géant parvint à se rendre jusqu'à la porte que Donovan lui avait indiqué. Derrière le panneau de bois, il trouverait Juliet. Et pourtant, au lieu de s'y précipiter, il suspendit le mouvement qu'il avait engagé pour frapper et demander la permission d'entrer pour regarder fixement la porte. Le sang sur ses vêtements pouvait passer pour celui d'un autre ou même d'un rôdeur pour peu qu'on ne l'observait pas trop en détail. Mais... Est-ce qu'il devait lui dire la vérité ? Il était là avant tout pour s'assurer qu'elle allait bien, que Neo l'avait retrouvé en un seul morceau et qu'il l'avait ramené au camp en prenant soin d'elle convenablement. Qu'elle s'en sortirait quand il devrait fermer les yeux pour de bon. Peut-être aussi qu'il cherchait, plus égoïstement, à être rassuré. Il ne parvenait pas à se décider, pas plus qu'il n'arrivait à se détourner pour laisser la jeune femme en paix. Il inspira profondément et frappa finalement. « Jules ? » appela-t-il sans oser ouvrir. Si elle dormait, il la laisserait tranquille. Au point où il en était, pourquoi ne pas laisser le destin décider à sa place ?

_________________


Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1080
Points : 2874
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 29 Aoû - 11:24

Juliet n’avait pas opposé la moindre résistance quand Neo l’avait ramené jusqu’à l’infirmerie, suivant comme il le lui avait répété, les ordres de Logan. Elle n’était plus en mesure d’en discuter, ni même de négocier, et même si elle n’avait aucune envie de passer la moindre minute à l’infirmerie, la jeune femme ne voulait pas non plus rejoindre sa maison vide qui ne ferait que lui rappeler que plus jamais elle n’entendrait le rire de Maddie, ou ses réinterprétations bien à elle de chansons connues. Il n’y avait aucun endroit dans le camp où Juliet aurait voulu être, si bien qu’elle s’était laissée conduire jusqu’à la maison qui leur servait d’infirmerie sans même chercher à se dérober. Là, elle avait même laissé le médecin de leur groupe l’examiner sans broncher, tout en sachant à l’avance qu’il ne trouverait aucune blessure sur elle, aucune marque de coups sur son corps. Le père d’Isha l’avait épargnée, et pour le type de blessures dont souffrait Juliet, elle doutait que Donovan puisse faire quoi que ce soit pour elle.

Elle avait fini par monter les escaliers sans même s’en rendre compte, accomplissant les actions machinalement quand elle avait poussé la porte de la chambre pour la refermer derrière elle, et retiré ses chaussures. Juliet n’avait pas sommeil, elle n’avait pas faim, pas froid, elle n’avait même pas mal. Elle était juste vide, c’était même le seul mot qui convenait. Elle ne se rendit même pas compte qu’elle s’était laissée glisser contre le matelas du lit, et qu’elle était désormais assise par terre au pied du lit, les jambes remontées contre sa poitrine. Il faisait noir dans la pièce, elle n’avait pas pris la peine d’allumer la lumière, et là, dans la pénombre, Jules ne cherchait même plus à lutter contre les images violentes qui s’imposaient à son esprit, elle se contentait de les subir, de se laisser assaillir de toutes parts. Elle ne se sentait pas assez forte pour les combattre, pas maintenant. Peut-être même jamais.

La brune ignorait combien de temps s’était passé quand elle entendit quelques coups secs à la porte de sa chambre, alors qu’elle ne relevait même pas la tête, plongée dans une sorte de léthargie. Ne pouvait-on pas simplement lui foutre la paix ? Elle n’était pas blessée, elle n’avait besoin d’aucun soin médical, juste de calme, de tranquillité. Ce qu’on s’évertuait visiblement à ne pas lui accorder. Pourtant, dès qu’elle reconnut le son de la voix de celui qui se trouvait derrière la porte, Juliet fut sur ses pieds, sans même s’en rendre compte. Elle parcourut en quelques pas l’espace qui la séparait de la porte, qu’elle ouvrit brusquement, d’un geste brutal. Et elle n’aurait su dire à quel point elle fut soulagée lorsque son regard tomba sur la silhouette massive de Logan, derrière la porte. Sans même y réfléchir, Juliet se jeta dans ses bras, l’étreignant de toutes ses maigres forces pour lui témoigner son soulagement. Elle resta serrée contre lui un bon moment, insensible à l’eau qui s’infiltrait peu à peu dans ses propres vêtements. Au fond, il n’était pas certain qu’elle s’en rendait vraiment compte.

Au bout d’un long moment, et presque à contrecœur, Juliet finit par s’écarter doucement, rendant sa liberté au barbu. Elle aurait voulu lui adresser un sourire, mais elle ne s’en sentit pas la force, et elle doutait de toutes façons de pouvoir y parvenir. Au lieu de quoi, elle essaya d’inspecter le mécanicien, même si le manque de lumière ne facilitait pas vraiment sa tâche. La brune ne voulait pas allumer la lumière, elle ne voulait pas qu’il voit ses yeux gonflés, le rouge qui striait ses yeux, parce qu’elle savait d’avance que face au regard de Logan, Jules ne parviendrait pas à retenir de nouvelles larmes. « -Tu n’es pas blessé ? » Murmura-t-elle finalement au bout de quelques secondes supplémentaires, en cherchant des yeux le regard de Logan. Elle l’interrogea également sur l’état d’Isha, se souvenant du gamin mal en point, et totalement stone qui avait quitté le coffre, en compagnie de son père biologique.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5820
Points : 6710
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 13:50

Il n'eut pas à attendre plus de quelques secondes avant de sentir la porte se dérober sous son crâne appuyé contre le bois. Sa tête le faisait souffrir plus que jamais et quand la porte s'éloigna si soudainement, il fallut à Logan une seconde de trop pour le réaliser. Il tangua brièvement, avant de sentir le corps de Juliet dans ses bras. C'était... Une surprise agréable. Sans réfléchir, il l'enlaça à son tour, la serrant contre lui aussi fort que possible, ce qui n'était hélas pas énorme en ce moment. Au moins, il ne vacillait plus et il ne craignait pas encore qu'elle sente sa peau tellement brûlante à cause de la fièvre qui commençait à monter. Il aurait voulu lui dire quelque chose, mais les mots s'échappaient et ses pensées manquaient de cohérence. Il y avait tant de choses à dire, tellement d'excuses à lui présenter, de suppliques à faire et si peu de temps. Alors, pour l'instant, il ne disait rien et profitait simplement de ce qui serait sans aucun doute la dernière fois de toute sa vie qu'il tiendrait quelqu'un dans ses bras. Que ce soit Juliet lui apportait un certain apaisement. Il aurait voulu pouvoir dire adieu à tellement d'autres personnes, mais elle était la première de tous à qui il devait encore quelque chose à l'aube de sa fin.

Pendant un long moment, ils restèrent ainsi, silencieux et enlacés. Logan perdait le fil, du temps, de ses pensées, de tout. Et il ressentit comme un sursaut quand la jeune femme s'éloigna finalement pour le regarder. Il la voyait à peine dans le noir, mais il avait l'impression de sentir une douleur immense en observant son visage. Cela venait-il de lui ou d'elle, impossible de le savoir. Elle le tira de cette déprime trop intense par des questions. Il aurait du se douter qu'elle ne dirait rien d'autre que ça, mais il en était pourtant surpris et au prix d'un immense effort, il parvint à lui sourire. « Tout va bien, Isha est en bas, il va s'en sortir. Tout ira bien. » Il ne répondait pas directement à sa question, mais presque et il espérait qu'elle ne reviendrait pas à la charge pour le moment. Après tout, c'était la vérité : tout irait bien. Ce serait sans doute difficile pendant un moment, mais ça irait. Elle s'en remettrait, tout le monde le ferait, ils n'avaient pas le choix maintenant. Et pourtant, il se sentait coupable de la laisser seule, sans Maddie, sans leur fille, sans lui... C'était un cauchemar dont il peinait à se sortir.

Doucement, Logan s'écarta de Juliet et entra dans la chambre en prenant soin de refermer la porte derrière lui. Il n'avait pas encore la moindre idée de ce qui se passerait, mais il ne voulait surtout pas que Donovan les surprenne ou qu'il entende le moindre mot de la conversation qui s'annonçait. Peu importe son contenu, ça mourrait ici entre eux. « Et toi ? Comment tu te sens, il t'a fait quelque chose ? » Il essayait de la jauger, mais au travers de l'obscurité, c'était pratiquement impossible. Il ne voyait aucune blessure apparente en tout cas et le neurochirurgien et même Neo l'avaient déjà rassuré sur l'état de son ex. Il la connaissait tout de même trop bien pour s'en satisfaire, sachant pertinemment qu'elle n'aurait pas été se plaindre s'il y avait eu quelque chose. « Je suis vraiment désolé pour Maddie... » murmura-t-il après une seconde de plus, détournant le regard honteusement. « J'aurais du être là... C'est ma faute, je suis vraiment, vraiment désolé. »

Qu'elle lui accorde son pardon était la seule chose qu'il puisse encore espérer ce soir. Tout le reste, ça n'aurait plus la moindre importance pour lui dans quelques heures, mais ça... Il aimait à se dire qu'il partirait l'esprit un peu plus léger, pas en paix, jamais vraiment, mais un peu mieux. Il se sentait si mal, pris de nausées et de migraines et il n'arrivait même pas à savoir si ça venait de la morsure ou seulement de l'horreur de la situation. Ça importait assez peu, à vrai dire, mais ça le faisait se sentir plus... Pressé, peut-être. Il fallait qu'il lui parle, il ne savait pas comment, pour dire quoi, mais il le devait et vite. Alors, sans se gêner, sans se poser de question, il glissa sa main dans celle de Juliet et l'entraîna avec lui près du lit, où s'assit avec quelques difficultés, ne parvenant pas à réprimer une grimace de douleur quand il se retrouva plié en deux. Il n'avait pas lâché la main de Juliet et pour l'instant, il n'avait aucune intention de le faire, allant même jusqu'à l'approcher de son visage pour l'embrasser rapidement. « Isha et toi, vous avez fait la paix, non ? » demanda-t-il tout à coup. Il essayait de retenir cette urgence qui le pressait à parler, que ça ne transparaisse pas dans sa voix, mais il avait tant de mal. « C'est un bon gamin, tu sais. Il s'en sort mal avec les gens, mais il a un bon fond, il veut juste aider même s'il n'a aucune idée de comment faire. Il a juste besoin que quelqu'un l'aime, malgré toutes ses conneries, et que quelqu'un lui remette les idées en place quand il va trop loin. Ce qui s'est passé ce soir, avec son père, c'est pas sa faute, tu le sais ? Il va tellement s'en vouloir quand il saura...pour Maddie et... » Il s'arrêta, brusquement, et se força à regarder la jeune femme en face. Il parlait, vite, trop vite, son discours devait sonner décousu et sans doute totalement hors de contexte quand on ne savait pas comme c'était le cas de Juliet, mais il n'arrivait pas à lui dire pour le moment. Il fallait qu'il lui dise tout ce qu'elle avait besoin de savoir et il fallait qu'il le fasse avant de se mettre à délirer. « Il veillera sur toi, maintenant et t'en auras marre parfois, il te rendra dingue et te donnera des envies de meurtres, mais promets-moi que tu l'aimeras malgré tout. »

_________________


Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1080
Points : 2874
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mar 29 Aoû - 18:30

Juliet n’aurait su décrire à quel point voir Logan sur le pas de sa porte la soulageait, à un point inimaginable. Elle n’aurait pas supporté de perdre un autre proche, ça aurait été bien trop dur à encaisser, elle n’aurait jamais réussi à surmonter ce nouveau décès, pas alors qu’on lui arrachait une à une toutes les personnes qu’elle aimait. Lorsque le mécano lui confirma qu’Isha allait bien, Jules laissa échapper un soupir soulagé, vraiment contente que le gamin s’en soit sorti. Elle n’était pas vraiment d’accord avec le fait que tout irait bien, elle ne voyait même pas comment les choses pourraient de nouveau aller bien un jour, mais elle garda ses remarques pour elle, elle n’avait aucune envie d’argumenter sur le sujet. Isha et Logan étaient rentrés, sains et saufs, et c’était tout ce qui comptait, non ? Le nombre de morts pour ce soir s’arrêterait là, et ils auraient même peut-être droit à un peu de répit pour soigner leurs plaies béantes.

La brune ne parvenait pas vraiment à voir l’expression sur le visage du barbu quand il entra dans la chambre et referma la porte derrière lui, sans qu’elle sache exactement ce qu’il comptait faire. Elle le suivit des yeux, alors qu’il lui demandait finalement comment elle allait, ou si papa Cornwell lui avait fait quelque chose. Mais non, il ne lui avait rien fait, et Juliet aurait accepté d’endurer les pires crasses du père d’Isha, si ça avait pu permettre à Maddie de survivre à sa rencontre avec le survivant. Mais le sociopathe en avait décidé autrement, condamnant Jules à être le témoin des sévices subis par la rouquine, à la voir se faire tirer dessus, et s’écrouler sur le sol d’un bois qu’elle aurait été bien incapable de pouvoir resituer. « -Il ne m’a rien fait. » laissa-t-elle néanmoins échapper au bout de quelques secondes, tandis qu’elle détournait le regard pour fixer la fenêtre.

Quand il prononça le prénom de Maddie, Juliet sentit ses yeux se baigner de larmes presque immédiatement, alors qu’elle secouait la tête de droite à gauche, comme pour dire qu’elle refusait d’entendre ses paroles, sans doute parce qu’elle refusait toujours d’accepter que sa meilleure amie l’avait quitté pour toujours. Et elle refusait d’écouter les excuses de son ex, pour la simple et bonne raison qu’il n’y était pour rien. Ce n’était pas de sa faute si un taré avait mis en place un plan sadique et insensé pour se venger d’un événement qui s’était déroulé des années plus tôt. Les larmes coulèrent sur les joues de Jules, qui les essuya aussitôt, et sécha ses yeux. Non, elle ne pleurerait plus, elle n’était pas cette survivante éplorée qui passait son temps à pleurnicher sur toutes les personnes qu’elle avait perdu. Il fallait qu’elle soit forte, elle le savait, c’était sans doute le seul moyen de pouvoir aller de l’avant, alors même qu’elle n’en avait aucune envie. Quand elle fut certaine que sa voix ne tremblerait pas tant que ça, elle tourna une nouvelle fois la tête vers Logan : « -Je ne vais te le dire qu’une seule fois, alors écoute moi bien, d’accord ? C’est pas ta faute…ce…t’y es pour rien. Je refuse que tu t’en veuilles pour ça, ça ferait trop plaisir à l’autre taré… » Elle essaya de se montrer forte dans ses paroles, malgré sa voix éraillée, et la douleur qui vrillait son cœur.

Juliet se laissa faire quand il lui attrapa la main, et elle lui emboîta le pas jusqu’au lit qui était censé être le sien, au moins jusqu’au lendemain. Là, Jules garda la main de Logan dans la sienne, puisant dans ces doigts chauds un peu de ce réconfort dont elle avait cruellement besoin. Elle fut étonnée de sentir les lèvres de son ex se poser brièvement sur le dos de sa main, bien qu’elle ne fit aucune remarque sur le sujet. Jules ne parlait pas, elle n’en avait pas envie, au fond, elle ne savait pas de quoi elle avait envie, sans doute de rien d’autre que de faire cesser la peine qui irradiait dans tout son corps. Ses sourcils se froncèrent pourtant brusquement quand Logan lui demanda de but en blanc si Isha et elle avaient fait la paix. Quoi ? Mais de quoi parlait-il, et pourquoi ça arrivait comme ça, comme un cheveu sur la soupe ? La brune resta silencieuse, alors que le barbu poursuivait, la rendant un peu plus perplexe, de seconde en seconde.

Bien sûr qu’elle savait que tout ce qui s’était passé les heures précédentes n’étaient pas à cause d’Isha, pas plus qu’elles n’étaient arrivées à cause de Logan. Seul le vieux Cornwell était responsable des drames de cette soirée désastreuse. Pourtant, Juliet ne voyait pas vraiment où son ex voulait en venir, tandis qu’il lui dépeignait un tableau de son fils adoptif que Jules avait elle-même commencé à cerner par ses propres moyens. Pas certaine de l’issue de cette conversation, elle hocha néanmoins vaguement de la tête, alors que l’incompréhension montait encore d’un cran quand Logan lui disait qu’Isha veillerait sur elle à présent. Et à l’incompréhension commençait à se substituer autre chose, lentement, mais sûrement, une certaine forme de peur, de l’angoisse qui grandissait en Juliet et prenait toute la place en elle. Elle ne pouvait pas faire taire la petite voix dans sa tête qui lui disait que tout dans les mots qu’utilisaient Logan laissaient croire que quelque chose n’allait pas. « -Logan, je comprends pas… » Elle ne comprenait pas pourquoi il lui disait tout ça, pourquoi maintenant, pourquoi avec autant de…de quoi, d’ailleurs ? De ferveur ? D’empressement ? D’urgence ? Elle serra les doigts du barbu entre les siens, tandis qu’elle rivait son regard dans celui du mécano : « -Qu’est-ce qu’il se passe ? Ne me mens pas, s’il te plaît.» Ca sonnait presque comme une supplique, mais Jules avait l’impression que quelque chose n’allait pas, et qu’une chose horrible n’allait pas tarder à se produire, venant ajouter à l’horreur de cette journée.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5820
Points : 6710
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Aoû - 19:02

Tout se mélangeait, tout allait à une vitesse folle. Il disposait pourtant de vingt-quatre heures, n'est-ce pas ? Enfin, peut-être plutôt vingt maintenant. Mais même comme ça, comment faire tenir quinze ans de paroles manquées, passées sous silence en seulement quelques heures ? S'il avait eu un peu moins de chance, s'il avait rencontré ne serait-ce qu'une seule fois un infecté encore en vie, Logan aurait su que quelque chose clochait. Il était malade, oui, mais pas autant qu'il aurait du l'être en ce moment. Sauf qu'il n'en savait rien, c'était la toute première fois qu'il se retrouvait réellement dans cette situation. Toute personne morte devant ses yeux, toute personne mordue devant lui jusqu'à maintenant, il ne leur avait pas donné la chance de revenir comme l'une de ces choses. Et tout à coup, il comprenait qu'il s'était menti à lui-même pendant des mois quand il se disait fièrement que si ça lui arrivait un jour, il voulait qu'on le tue avant qu'il ne perde la tête. Il refusait de mourir, c'était trop tôt, il restait tellement de choses à faire, tellement de choses à dire. Rien qu'à Juliet... Il avait trop à lui dire pour le temps qui lui restait. Alors, il enchaînait, lui laissant à peine le temps de comprendre, d'encaisser ses mots.

Elle ne comprenait rien, bien sûr. Cet aveu fit relever les yeux à Logan et il l'observa, rongé par la tristesse. Mais il n'arrivait pas à lui dire le plus important dans tout ça. C'était une perte de temps, vraiment. Sauf qu'elle voulait savoir et... Elle en avait le droit, d'autant plus avec tout ce qu'il comptait lui demander dans quelques minutes. Pourtant, le seul réflexe de Logan fut de se mordre l'intérieur des joues pour retenir... Il ne savait pas vraiment quoi. Comment était-on supposé dire ça ? Il se sentait coupable de lui faire ça. Surtout aujourd'hui. Après Maddie, c'était trop et elle allait se sentir tellement mal, cette idée lui était insupportable. Hélas, qu'il parle ou non, elle finirait par le savoir. Et s'il était encore dans cette chambre avec elle quand son état empirerait, non seulement elle saurait, mais en plus elle serait seule pour affronter le monstre qu'il allait devenir quand il rouvrirait les yeux.

Tout ça ne l'aidait pas à savoir comment le dire, alors, Logan fit la seule chose dont il se sentait capable actuellement. Il lâcha la main de Juliet, sans y mettre beaucoup de bonne volonté et se remit debout rapidement. Il s'éloignait, mais même si l'envie était forte, ça n'était pas pour prendre la fuite, non. Il s'approcha simplement de l'interrupteur pour allumer la lumière, dévoilant au passage leurs deux mines mal en point. L'air de Juliet lui faisait mal au cœur, mais il tenta de l'ignorer et retourna se planter devant elle, soulevant son t-shirt pour découvrir la morsure qui barrait son flanc droit. Il la regardait fixement, nerveux, inquiet. « Il y avait tellement de rôdeurs dans le lac, c'était... J'ai pas réussi à tous les éviter. » expliqua-t-il en laissant retomber le tissus sur son ventre. Comme si elle n'avait pas déjà compris ce qu'il était en train de lui montrer... « Tu es la seule à être au courant pour l'instant, alors... » Le seul problème, c'était qu'il ne savait pas comment terminer cette phrase. Il espérait juste qu'elle n'allait pas courir chercher Donovan et qu'elle resterait avec lui aussi longtemps qu'elle pourrait le supporter.

_________________


Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1080
Points : 2874
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 30 Aoû - 10:43

Assise sur le lit à côté de Logan, Juliet serrait fort sa main dans la sienne, comme si ce simple contact allait réussir à la rassurer sur le fait qu’elle se faisait des idées, et que comme l’avait dit le brun, tout irait bien désormais. Mais au fond, elle n’y croyait pas vraiment, et elle savait qu’elle se rattachait à de vains espoirs. Elle fronça légèrement les sourcils en sentant les doigts du barbu se desserrer sur les siens, jusqu’à ce qu’il lui relâche la main, et finisse par se relever. Quoi, c’était tout, pas d’explication permettant d’éclairer ce discours bien énigmatique ? Juliet comprit qu’elle se trompait et qu’il n’allait pas tout simplement quitter sa chambre en la laissant là sans rien lui dire d’autre quand la lumière s’alluma, l’obligeant à fermer les yeux devant tant de clarté soudaine. Et mince, elle qui aurait préféré rester dans l’obscurité.

Il fallut à la brune un long moment pour accepter de rouvrir les yeux, et de relever son visage chagriné vers celui de Logan. Pourtant, dès que les yeux de Jules allèrent à la rencontre de ceux de son ex, elle ne put s’empêcher de froncer les sourcils une nouvelle fois, en voyant son teint cireux, la pâleur extrême de sa peau, ses traits marqués. Etait-il en train de souffrir ? Elle aurait sans doute bientôt la réponse, maintenant que Logan était revenu vers elle, pour se planter à quelques pas de la jeune femme. Juliet suivit des yeux les mouvements du mécano, alors qu’il relevait son haut, et que son regard tombait sur les traces d’une morsure récente. Immédiatement, la brune se sentit blêmir, alors qu’elle n’entendait déjà plus les paroles de Logan, brouillées par un bourdonnement qui résonnait à ses oreilles. Même lorsque le t-shirt fut de nouveau baissé, Jules n’avait toujours pas détourné le regard, fixant à présent le tissu mouillé, teinté de rouge délavé.

Elle se sentait mal, et le monde se mettait étrangement à tourner autour d’elle. Ce qu’elle avait redouté toute la journée était en train de se produire, et il était inutile de dire que Juliet ne parvenait pas à l’encaisser. Après avoir perdu sa fille, et sa meilleure amie, l’homme qui avait hanté ses pensées pendant quinze longues années était sur le point de la quitter à son tour. Et clairement, c’était trop. La brune ne voulait pas se mettre à pleurer devant Logan, elle ne voulait pas qu’il la voit comme ça, pas non plus qu’il se sente mal en pensant que c’était sa faute. Ça ne l’était pas, ce n’était la faute de personne d’autre que de cet enfoiré de Cornwell, et de cette chienne de vie qui était désormais la leur. Les larmes brillaient malgré tout dans ses yeux, elle avait l’impression de pouvoir réellement sentir son cœur se briser à l’intérieur de sa poitrine, et putain, ce que ça faisait mal.

La brune ne se rendit pas tout de suite compte qu’elle était sur ses pieds, et qu’elle s’était rapprochée de Logan, dont l’expression ravagée lui serrait le cœur. Elle aurait voulu faire quelque chose pour lui, mais à part se montrer présente jusqu’au bout, il n’y avait rien qu’elle puisse faire d’autre. Elle ne pouvait pas prendre sa douleur, et si ça n’avait tenu qu’à elle, elle aurait sans doute même accepté de subir cette morsure à sa place. Sans Maddie, ce n’était pas vraiment comme si Juliet allait manquer à qui que ce soit, alors que Logan avait un fils pour qui il comptait énormément, et un tout jeune bébé qu’il ne verrait même pas grandir. « -C’est tellement injuste… » s’entendit-elle dire d’une voix chevrotante, sans toutefois avoir conscience qu’elle avait parlé.

Une larme solitaire roula sur la joue de la survivante, qui ne prit même pas la peine de l’essuyer. A quoi bon ? Il était fort possible qu’elle soit très vite remplacée par une autre, malgré tous les efforts de Juliet à ce sujet. Elle aurait voulu dire tellement plus, faire tellement plus, mais la douleur, la colère aussi, l’empêchaient d’agir. Sans un mot, elle riva son regard dans celui du barbu, puis attrapa une nouvelle fois la main de Logan et la serra dans la sienne aussi fort qu’elle le pouvait, comme pour lui dire silencieusement tout ce qui ne parvenait pas à franchir la barrière de ses lèvres : « je suis là pour toi, pour autant de temps que tu le voudras, je ne te laisserai pas, et bien que cette nouvelle me déchire le cœur au-delà de l’imaginable, tu peux compter sur moi, toujours. »

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5820
Points : 6710
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Aoû - 14:17

Le silence de Juliet était affreusement pesant. Oh, Logan comprenait parfaitement le choc qu'elle devait ressentir, la tristesse aussi et il ne lui en voulait pas, mais pour lui aussi c'était un moment particulièrement compliqué, là. Et elle ne disait rien, se contentant de regarder droit devant elle au point qu'il se demandait même si elle le voyait encore, bien qu'il soit dans son champ de vision. Et il commençait à se sentir de plus en plus nerveux et nauséeux. D'un autre côté, qu'aurait-elle pu dire ? Il n'y avait rien, ce qui était fait était fait et aucun mot de la part de la jeune femme ne changerait ça. Rien de ce qu'elle pourrait lui dire n'aiderait Logan à prendre cette nouvelle avec plus de tranquillité et rien n'aiderait Juliet à vivre avec facilement.

Il la regarda se lever et oser, enfin, dire quelques mots qui se révélaient exactement aussi inutiles qu'il l'avait imaginé. Un sourire triste étira ses lèvres. Oui, peut-être que ça l'était, mais pas vraiment pour lui. Pour ceux qui resteraient derrière, pour sa fille, mais lui ? Il ne serait plus là pour le voir, de toutes façons. « Je suis désolé. » murmura-t-il bêtement, comme s'il lui présentait déjà ses condoléances ou qu'il s'excusait d'avoir été mordu. Frissonnant à cause de la sueur qui perlait sur sa peau et qui lui donnait froid, Logan finit par se détourner de nouveau et retourner s'asseoir. La pièce tournait à une vitesse folle et il commençait à douter de ses capacités à tenir le coup très longtemps. On lui avait raconté les délires et les hallucinations et c'était cette partie, plus que tout le reste, qui l'inquiétait pour le moment, elle restait pour lui comme la dernière limite. Dès qu'il aurait perdu l'esprit, ça ne servirait plus à rien de se préoccuper de lui et il ne pourrait plus en faire de même pour les autres.

« Tu prendras soin d'Octavia, hein ? » demanda-t-il piteusement. Il se sentait mal de lui demander ça, c'était plus injuste que tout le reste sans doute, mais... Eh bien, elle était une maman et il lui faisait confiance plus qu'à n'importe qui d'autre à Fort Hope pour en être une merveilleuse pour Octavia. Il savait aussi que Juliet n'avait jamais réellement portée la petite dans son cœur et il comprenait aussi, mais il ne doutait pas un seul instant qu'elle passerait au-dessus de ça pour la petite orpheline qu'il laisserait derrière lui et qu'elle finirait par l'aimer aussi. « Je comprendrais si tu peux pas, mais j'aimerais que ce soit toi qui t'occupe d'elle. Que tu l'aides à devenir une petite fille aussi merveilleuse que sa sœur. Les autres t'aideront, mais elle aura besoin d'une maman exceptionnelle. » Il imaginait déjà Isha prêt à sauter sur l'occasion pour avoir le bébé dont il rêvait, mais pour Logan, il n'y avait que Juliet qui puisse tenir le rôle de parent pour son enfant. Elle était la seule à l'avoir vraiment fait toutes ces années.

Du revers de la main, il essuya son front et posa son regard sur le parquet sous ses pieds. L'urgence de tout régler avant qu'il ne soit trop tard commençait à le quitter doucement, remplacé par un genre d'abattement qui le laissait muet. Maintenant qu'il l'avait dit à quelqu'un, l'idée qu'il allait mourir devenait tout à coup plus réelle, plus tangible. Et c'était beaucoup moins facile à avaler. « Et j'aimerais que ce soit Alex qui reprenne les rennes du groupe. J'suppose qu'Isha voudra prendre ma place, mais tu ne dois surtout pas le laisser faire, d'accord ? Il ne peut pas s'occuper de ça, il a trop de choses à régler. Ce qui s'est passé entre Bruce et lui... Il ne peut pas être chef pour le moment. Alex sera parfaite, il faudra que tu la soutienne et Isha aussi, vous arriverez à convaincre tout le monde. » Sa voix était devenue beaucoup moins précipitée, il avait presque l'impression de déclamer une liste de courses d'un ton morne. Ce qu'il trouvait injuste, lui, c'était de laisser tout ça peser sur les épaules de Juliet. Elle était la personne dont il se sentait probablement le plus proche désormais, mais... Il n'aimait pas vraiment l'idée de lui balancer toutes ses dernières volontés et de lui laisser gérer tout ça toute seule. Elle ne serait pas seule, mais elle l'était pour le moment en tout cas. Il ignorait ses larmes, il ne faisait que parler, comme s'il dictait son testament à quelqu'un qui n'aurait pas du avoir à l'entendre.

Difficilement, il se força à relever les yeux pour observer la jeune femme. « Tout ira bien pour toi, j'te le promets. Tu ne seras pas toute seule, y aura Isha et Octavia et... Tout ira bien, d'accord ? Tu ne dois pas laisser tomber maintenant. Promets-le moi. » Injuste, une fois de plus. Mais il y croyait sincèrement et devinait déjà que ce ne serait pas un sentiment partagé par Juliet. Surtout pas ce soir, après Maddie. Elle allait vouloir baisser les bras et ce serait naturel, mais elle ne pouvait pas se le permettre.

_________________


Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1080
Points : 2874
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 30 Aoû - 23:53

Pourquoi s’excusait-il ? La brune se doutait bien qu’il n’y était pour rien dans cette situation, et qu’il aurait préféré sans doute n’importe quelle autre fin plutôt que celle offerte par la morsure d’un rôdeur. Elle savait bien que si ça n’avait tenu qu’à lui, rien de tout cela ne serait arrivé, ni les violences subies par Isha, ni la mort de Maddie, et bien sûr, ni cette trace de dents qui ornait son flanc. Mais il ne servait à rien de répéter qu’il n’y était pour rien, ça n’arrangerait rien à la situation, et Juliet avait le sentiment qu’elle n’avait plus de temps à perdre, plus une seule minute à gâcher en paroles inutiles, pas maintenant qu’elle savait les heures de Logan comptées. Elle voyait bien le mal qui se répandait en lui, son air de déterré, la sueur qui perlait à son front, sans doute causée par la fièvre qui devait monter en lui. Et elle regrettait de ne rien pouvoir faire pour lui permettre d’aller un peu mieux, et d’avoir moins mal.

Juliet s’était vaguement perdue dans la contemplation de l’un des pieds du lit quand la voix de Logan la tira de sa torpeur brutalement, tandis qu’elle relevait un regard emplein d’incompréhension vers son ex. S’occuper d’Octavia ? Pourquoi lui demandait-il ça, à elle ? Elle n’avait tenu la petite dans ses bras qu’une seule fois, lorsqu’ils l’avaient trouvé dans les bras d’une Maxine agonisante, et Jules ne pouvait pas vraiment dire qu’elle avait noué des relations affectueuses avec la petite, qu’elle avait même cherché à fuir. Octavia représentait tout ce que Juliet avait perdu, et la brune s’était égoïstement protégée de ces sentiments douloureux en évitant autant que possible le petit bout de chou. Les explications de Logan sur cette mission qu’il lui confiait ne tardèrent pas à arriver, tandis que Juliet devait bien admettre que les paroles prononcées la touchaient, suffisamment pour qu’elle parvienne à esquisser un léger sourire à travers ses larmes. La brune n’était pas certaine d’être une maman exceptionnelle, preuve en était qu’elle n’avait rien pu faire pour empêcher le décès de sa propre fille, échouant ainsi dans le rôle de sa vie. Mais malgré tout, elle comprenait pourquoi c’était elle qu’il choisissait, sans doute parce qu’elle restait l’une des personnes qu’il connaissait le mieux à Fort Hope, mais également parce qu’il l’avait vu être la mère de leur fille ces dix dernières années, et il semblait lui faire suffisamment confiance pour qu’elle s’occupe également d’Octavia, et l’élève comme sa propre fille. Elle lui fit la promesse silencieuse d’essayer encore plus fort de ne pas faillir cette fois. Et puis…Juliet restait une mère même si elle avait dû enterrer sa fille, et elle savait que jamais elle ne pourrait laisser une gamine innocente désormais orpheline de côté. Et encore moins si cette gamine était celle de Logan. Elle se doutait bien que ce serait sans doute difficile au début, mais Isha serait là pour l’aider, non ?

Logan ne lui laissa pas l’occasion de lui répondre qu’il enchaînait déjà, alors que ses paroles ressemblaient morbidement à celles d’un homme qui ferait la liste de ses dernières doléances avant de mourir. Qu’Alex reprenne les rennes de Fort Hope ? Cela semblait presque logique, Logan avait semblé lui vouer une confiance hors norme, et il voulait que le camp soit géré par quelqu’un qui ne le ferait pas brûler sitôt le barbu enterré. Même sur le point de quitter le monde des vivants, il pensait aux autres, à ce groupe dont il avait augmenté les chances de survie, et Jules devait bien admettre qu’elle l’admirait pour cela. Elle écouta les dernières volontés du brun aussi sérieusement que l’aurait sans doute fait un notaire, tandis qu’elle notait silencieusement tout ce qu’il lui dictait, et qu’elle essayerait réellement de faire appliquer. Peut-être qu’en se concentrant sur ces missions-là, Juliet en oublierait le vide que les siens avaient laissé dans son esprit et dans sa chair en la quittant. A ses demandes, elle ne pouvait qu'hocher la tête pour lui dire qu'elle comprenait, et qu'elle ferait ce qu'il fallait pour que ses vœux soient respectés.

Elle ne l’avait pas quitté des yeux, à croire qu’elle essayait de graver dans son esprit ce visage qu’elle connaissait pourtant déjà par cœur, quand Logan se décida enfin à relever la tête vers elle, pour lui répéter encore une fois que tout irait bien. Mais ce n’était pas le cas, ça ne l’était déjà pas quand elle ignorait encore qu’il allait lui aussi la laisser seule face à cette vie pourrie, et ça l’était encore moins à présent. Quand il lui demanda de faire une promesse qu’elle ne pensait pas pouvoir honorer, Juliet baissa la tête, pour échapper au regard fiévreux et triste de son ex. Même sur son lit de mort, elle ne voulait pas lui promettre une chose qu’elle n’était pas certaine de pouvoir faire. Elle attendit patiemment que la nouvelle vague de tristesse la submerge et s’éloigne avant de secouer doucement la tête de droite à gauche. « -Je suis pas certaine d’y arriver sans toi, Logan…sans Maddie, sans la petite…tous les gens que j’aime sont partis, et tu ne vas pas tarder à les rejoindre, et… » Elle dut se taire, incapable d’aller plus loin tant sa voix tremblait. Elle ne voulait pas faire ça, elle ne voulait pas l’accabler avec ce qu’elle ressentait, avec cette douleur en elle, parce qu’elle savait que la situation était tout aussi douloureuse et pénible pour lui. Il fallait qu’elle se reprenne, elle refusait que la dernière image qu’il ai d’elle soit celle d’une jeune femme éplorée, au nez et aux yeux rouges, incapable de contrôler ses émotions, une nana à des années lumière de celle dont il était tombé amoureux des années plus tôt. Elle refusait de s’apitoyer sur son sort, pas devant Logan, elle aurait bien le temps de s’effondrer quand il aurait rendu son dernier souffle. D’un geste fébrile, la brune sécha ses joues, avant de se racler la gorge, et de relever ses yeux striés d’écarlate vers le visage de Logan : « -Est-ce que je peux faire quelque chose pour que tu te sentes un peu mieux ? » Elle ne pouvait pas le sauver, et ce serait sans doute l’un des pires regrets de toute sa vie, mais Juliet était prête à tout faire pour que les derniers instants du mécanicien sur Terre soient les moins pénibles possibles.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5820
Points : 6710
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Sep - 0:57

Ses dernières volontés exprimées, il ne restait plus qu'à attendre pour Logan, qui gardait ses yeux rivés sur Juliet dans l'espoir vain de voir ses larmes se tarir et la détermination gagner ses traits. Il rêvait en couleur, mais peut-être commençait-il déjà à délirer, après tout. Elle arrivait seulement à pleurer et dès qu'il lui laissa l'occasion de parler, il ne fut pas surpris de ce qu'il entendait. Et il se sentait tellement égoïste de lui faire subir ça. Bien sûr, ça n'était pas vraiment sa faute, il n'avait pas choisi de se faire mordre, mais rien ne le forçait non plus d'imposer à Juliet de le regarder mourir et de supporter toutes les niaiseries ridicules qu'un homme en fin de vie pouvait trouver à dire. Il aurait pu parler de tout ça à Isha ou à Alex, peut-être. Mais c'était trop tard, maintenant. À vrai dire, il n'aurait voulu personne d'autre qu'elle pour finir sa vie. Isha se serait senti coupable en plus d'être dévasté et Dieu seul savait comment il aurait pu réagir. Et Alex... Très franchement, le barbu n'excluait pas la possibilité que sa meilleure amie se serait proposée sans mal pour abréger ses souffrances d'une balle parfaitement bien placée. Cette idée lui donnait des frissons, ou peut-être était-ce la fièvre ? Il n'en savait trop rien, il n'était certain que d'une chose : il n'avait aucune envie de mourir et comptait bien vivre jusqu'à la toute dernière seconde.

« Bien sûr que tu en es capable. » tenta-t-il de rassurer Juliet, certainement en vain. « T'as bien tenu jusque là, non ? » Il tenta un sourire, qui n'avait franchement rien de convaincant, mais qui irait le lui reprocher en ce moment ? « Tu es plus forte que tu ne le crois. » Son ton ne manquait pas d'assurance, au moins, peut-être même en abusait-il un peu. Et ça ne servait vraiment à rien, ce dont il aurait pu se douter aussi. Il faudrait un peu plus de temps pour que Juliet voit la force qu'il voyait pourtant très facilement en elle. Il abandonna donc toute tentative de la convaincre pour le moment, déjà persuadé qu'il y reviendrait plus tard, si seulement il avait cette chance.

Heureusement pour elle, il n'arrivait pas à trouver d'autres exigences post-mortem à lui soumettre pour le moment, il se contenta donc de baisser le regard une fois de plus, serrant ses doigts pour tenter de faire passer l'angoisse. Ça ne servait à rien du tout, mais il continuait quand même, jusqu'à ce que la jeune femme ne reprenne la parole du moins et qu'il se force à la regarder de nouveau. Il n'avait pas besoin de se forcer pour que son regard s'emplisse de reconnaissance, cette fois, ni même pour sourire un peu. « J'suis pas sûr qu'il y ait quoi que ce soit à faire... Tu veux bien, juste... rester un peu avec moi ? » Il ne la forcerait pas à le regarder mourir non plus, encore moins à lui défoncer le crâne quand tout serait terminé. Mais il avait droit à quelques heures encore et puisque l'idée de retrouver Octavia était à exclure, beaucoup trop dangereux, il préférait encore les passer avec elle. « Quand... Enfin, tu pourras aller chercher quelqu'un tout à l'heure si tu veux, mais pour le moment... J'ai juste envie de... J'en sais rien, de pas être seul. » Il ne doutait même pas qu'elle accepterait et se laissa donc glisser dans le lit, se couchant sur le flanc gauche en laissant de la place à la jeune femme à côté de lui. Qu'elle veuille le rejoindre ou non ne le préoccupait guère, il essayait surtout de trouver un moyen de se sentir bien, ou au moins un peu confortable, en attendant que ça passe.

Il laissa quelques secondes passer sans rien ajouter, perdu dans ses pensées précipitées et incohérentes, à la recherche de quelque chose qu'il aurait pu oublier. La plupart revenaient vers Octavia, malheureusement. C'était vraiment affreux, il en venait à vouloir dire des choses dont tout le monde se fichait totalement, mais qui lui semblait vraiment très important en ce moment. « Il y a un coffre dans mon garage, sur une étagère, avec le dessin que tu as fait pour Octavia et d'autres trucs pour elle. Attends qu'elle soit un peu plus grande pour lui donner, d'accord ? Les petits pots sont dans la cuisine, le placard en haut à côté du frigo et elle n'arrive pas à dormir sans son tigre. Il est complètement crade au bout de trois jours, mais si tu l'oublies, elle va te faire vivre un Enfer. » Il avait encore des centaines de choses de ce genre à dire, probablement, mais il s'arrêta après ça, juste le temps d'une pause, avant de reprendre sur un sujet totalement différent. « T'as déjà vu quelqu'un se transformer ? » demanda-t-il, ayant perdu de son assurance, tout à coup.

_________________


Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1080
Points : 2874
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Dim 10 Sep - 17:42

Non, elle n’était pas forte, elle ne l’avait d’ailleurs jamais vraiment été, et elle ne comprenait pas que tant de personnes s’acharnaient à le lui dire, alors que c’était complètement faux. Elle ignorait ce que Logan, Lïnko, Maddie ou même Isha voyaient de fort en elle, alors qu’en ce moment, la brune avait simplement l’impression d’être une pauvre chose qui ne pouvait rien faire d’autre que de subir les récents événements qui s’étaient déroulés. C’était peut-être le contrecoup de cette journée dramatique qui la faisait se sentir aussi pathétique, mais face aux paroles de Logan, Juliet ne pouvait que secouer la tête d’un air négatif. Oui, elle avait tenu jusque-là, c’était vrai, mais elle n’était jamais seule, elle avait d’abord survécu avec leur fille, puis le barbu les avait trouvées, et enfin, ils avaient trouvé ensemble Maddie. Mais ces trois personnes ne vivraient désormais plus que dans les souvenirs et dans le cœur de Juliet.

Il ne servait cependant à rien de se lancer dans un débat interminable pour déterminer si la brune était forte ou non, cela ne servirait à rien, et elle imaginait à quel point Logan devait rêver d’autre chose pour ces quelques dernières heures de vie. Elle imaginait sans peine qu’il aurait préféré être auprès de sa fille, sans doute même auprès d’Isha, mais qu’il était plus raisonnable qu’il reste là, avec elle. Le sourire qu’il parvint à esquisser à l’adresse de la brune lui réchauffa sensiblement le cœur, tandis qu’il confirmait ce qu’elle semblait déjà savoir malgré elle : elle ne pouvait pas faire grand-chose pour l’aider, ou pour alléger sa souffrance. En revanche, elle pouvait rester, pas seulement un peu, mais jusqu’à la toute fin, s’il voulait bien d’elle dans la pièce. Juliet souffla simplement un « -Bien sûr. » assez doux, tandis qu’elle se rapprochait un peu du lit. Elle n’avait rien pu faire pour sauver leur gamine, et n’avait pas su se rendre beaucoup plus utile auprès de Maddie, alors la moindre des choses que Jules pouvait faire, c’était bien de se montrer présente pour le mécanicien. Et puis…elle savait que même s’il ne le lui avait pas demandé, elle n’aurait pas pu simplement lui tourner le dos, pas à l’homme qui avait partagé quinze années de sa vie.

La jeune femme ne put s’empêcher de froncer très légèrement les sourcils aux paroles suivantes du brun, se demandant s’il n’était pas en train de parler de ce moment fatidique où la vie le quitterait définitivement. Se sentirait-elle capable de faire ce qu’il fallait, et d’enfoncer la lame de son couteau dans le cerveau de Logan ? Juliet n’en avait aucune idée, et malgré l’urgence de la situation, elle ne parvint qu’à repousser cette question loin dans son esprit, incapable d’y songer pour l’instant. La brune se contenta donc de hocher légèrement la tête, en se disant qu’elle aviserait au moment venu. Jules ne quitta pas des yeux Logan tandis qu’il essayait de se trouver une position plus confortable dans le lit, alors qu’elle détaillait ses traits tendus par la douleur, et la sueur qui perlait sur son front.

Profitant d’un petit moment de silence, la mère de famille quitta le chevet de son ancien compagnon pour se diriger vers la petite bassine d’eau qu’on avait laissé à son attention pour qu’elle puisse se débarbouiller, et à laquelle elle n’avait pas touché. Elle plongea une petite serviette dedans, tandis que l’eau froide glissait sur ses doigts. Dos au lit, elle entendit une nouvelle fois la voix faible de son ex résonner, alors qu’il lui reparlait de sa fille, et que Juliet comprenait à quel point il s’inquiétait pour elle. Elle le laissa parler en enregistrant toutes les informations transmises, se faisant la remarque qu’Isha avait dû garder sa petite sœur pas mal de fois, et qu’il serait sans doute un précieux atout lorsque la petite viendrait vivre chez Juliet. Essorant le linge, Juliet revint auprès du lit, le plia rapidement, avant de l’appliquer sur le front de Logan, bien que ce n’était pas grand-chose, et même carrément rien du tout : « -T’en fais pas, je m’occuperai bien d’elle, elle ne manquera jamais de rien. Et le gamin non plus. » Elle tenta d’esquisser un sourire rassurant, qui n’atteignit cependant pas ses yeux, alors qu’elle achevait de positionner correctement sur le front de Logan le petit linge mouillé.

Elle se mit assise sur la petite place laissée par Logan sur le lit, avant de tourner son regard azur vers lui, sans parvenir à cacher la lueur d’inquiétude qui s’y était soudainement installé. Elle fit doucement, presque timidement même, « non » de la tête quand il demanda si elle avait déjà assisté à une transformation. Elle avait la chance d’y avoir échappé, du moins jusqu’à aujourd’hui, même si elle savait ce qui se passait dans les grandes lignes, et qu’elle semblait avoir sous les yeux en ce moment-même. De toutes façons, elle en connaissait l’issu funeste, et c’était tout ce qui comptait, non ? Elle ne voulait pas qu’il s’inquiète pour ça, ou pour elle, ça aurait même dû être le cadet de ses soucis à l’heure actuelle. « -Je te laisserai pas devenir l’un d’entre eux, d’accord ? » parvint-elle à murmurer avec ferveur, comme en lui faisant une promesse, en se rendant compte que ses larmes s’étaient taries.

Finalement, Juliet se laissa aller en arrière, tandis qu’elle étendait ses jambes devant elle, et elle profita d’un nouveau silence pour observer longuement le plafond. Son corps la suppliait de lui accorder un répit qu’il estimait bien mérité, et malgré ses yeux bleus qui la picotaient, Jules les gardait bien ouverts, tandis que ses pensées partaient dans tous les sens. Au bout de quelques instants, peut-être une minute, elle tourna finalement la tête vers Logan, avant de demander d’une voix douce : « -Y’a des choses que tu veux que je dise à certaines personnes ? Isha…Alex, peut-être, ou même… » Sa voix se tut quelques secondes, tandis que la jeune femme marquait une courte avant de reprendre aussitôt : « -Joy ? » Cela faisait de longues semaines que la petite rouquine avait quitté Fort Hope, mais si elle était toujours dans le coin, Juliet s’assurerait de lui faire parvenir les dernières paroles de Logan à son égard.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5820
Points : 6710
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 1:50

Sans réfléchir, Logan lâchait toutes les informations qui lui passaient par la tête au regard de sa fille. L'idée que dans quelques heures, il ne serait plus là pour elle lui donnait plus la nausée que le mal qui empoisonnait ses veines en ce moment et peu importe tous les mots qu'il balançait pour aider Juliet à pouvoir en prendre soin quand il serait parti, ça lui semblait toujours trop peu. Elle aurait à apprendre comment la rassurer, comment l'endormir, la nourrir, la faire sourire... Ce serait long et il ne voulait même pas tout ça, il aurait donné vraiment n'importe quoi pour ne pas avoir partir et c'était réellement désespérant. Raison pour laquelle, sans doute, il se retenait aussi de courir jusque chez lui pour la tenir une dernière fois dans ses bras. Alors, il savait qu'il ne parviendrait jamais à se résoudre de la lâcher et il finirait probablement par la tuer quand il deviendrait l'une de ces choses.

Cette idée aussi faisait grandir considérablement son angoisse et, sans préavis, il posa la question à Juliet. Lui n'avait jamais vu un infecté mourir pour se relever, mais peut-être qu'elle, si. Peut-être qu'elle savait, qu'elle pourrait lui dire de ne pas s'inquiéter, que tout se passerait bien et que ce ne serait pas douloureux... Mais la réponse de la jeune femme fut négative. Logan baissa les yeux pour échapper à son regard, ou pour cacher son désespoir, peut-être. Il n'avait aucune envie de lui faire subir ça, il ne comprenait même pas vraiment pourquoi elle restait avec lui, pourquoi elle s'infligeait une telle horreur alors que rien ne l'y obligeait. Il en était heureux, pourtant, presque rassuré à vrai dire, mais il aurait compris sans mal qu'elle ne veuille pas le voir mourir. Il se força à relever les yeux vers la jeune femme lorsqu'elle lui assura qu'elle ne le laisserait pas se transformer et si, une fois de plus, cette idée l'emplissait de culpabilité, il se contenta à son tour d'esquisser un signe de tête pour toute réponse. De toutes manières, il ne serait plus là pour la voir en finir avec lui, alors quelle importance ?

Le silence retomba rapidement, les secondes défilaient dans une lenteur qui paraissait absolument insoutenable à Logan. Il se retrouvait là, incapable de faire quoi que ce soit, alors qu'il lui restait tant de choses à faire, à dire. Il avait essayé de vivre sa vie de manière à pouvoir supporter son reflet dans un miroir, mais au moment de faire le bilan, il fallait bien voir la réalité en face : trop de regrets lui pesaient encore et il n'aurait jamais le temps de tous les effacer. Sans un mot, il se glissa un peu plus près de Juliet qui s'était allongée à côté de lui et passa un bras autour de la taille de la jeune femme, appuyant son visage contre son bras. C'était stupide, idiot, il se sentait idiot oui, mais il crevait de peur. Peu importe l'image qu'il avait de lui-même avant ce soir, c'était assez douloureux pour l'ego de réaliser tout à coup qu'il n'était pas aussi courageux que ça et que finalement, face à sa mort, il ne valait pas mieux qu'un autre. Même Bruce était resté fier quand il avait compris que Logan allait l'emporter. Mais lui, il n'avait plus vraiment d'orgueil, là, juste l'envie de hurler, de pleurer aussi peut-être. Le linge glacé posé sur son front le faisait frissonner, ou peut-être était-ce la fièvre ? En tout cas, il essayait de toutes ses forces de ne pas y penser, de ne penser à rien en fait et de voir le bon côté de cette situation. Mais y en avait-il réellement ?

Juliet le tira de ses pensées en lui posant une question à laquelle il ne s'était vraiment pas attendu. Ça ne manquait pas de logique, pourtant. Il éloigna un peu son visage pour la regarder, ne trouvant même pas quoi répondre. Bien sûr qu'il avait envie de parler à Joy. Malgré tout ce qui était arrivé entre eux, il aurait voulu qu'elle soit là, qu'il puisse s'excuser de tout le mal qu'il lui avait fait encore une fois, des choses à lui dire, il en avait tout une liste qui semblait vouloir s'étendre à l'infini. Mais il l'avait cherché, pendant des jours et des jours, sans parvenir à trouver la moindre trace de son existence quelque part. Elle s'était enfuie, elle l'avait abandonné et elle se donnait visiblement du mal pour qu'il ne la retrouve pas. Et de demander à Juliet de perdre son temps à la chercher à son tour, d'être son messager face à la rouquine... c'était peut-être encore plus égoïste que tout le reste, non ?

« Dis-leur seulement que tout ira bien. » répondit-il simplement concernant Alex et Isha. Avec eux au moins, il avait eu le temps de mettre à plat tout ce qu'il y avait depuis bien longtemps. Peut-être leur en voudraient-ils de ne pas être venu dire au revoir, mais il n'y avait rien d'autre à aplanir. « Quant à Joy... » La conversation qu'il avait eu avec Joshua à peine quelques heures plus tôt réglait probablement la question aussi, malheureusement. « Je pense pas que tu la reverras. Le père d'Isha... Il m'a dit qu'il l'avait cherchée, mais qu'elle était avec quelqu'un d'autre, alors... » Il n'allait pas préciser qui, même si Juliet connaissait Declan aussi comme n'importe qui à Fort Hope. Qu'est-ce que ça changeait, maintenant ? « Si elle est heureuse, tant mieux, c'est tout ce qui m'importe. » lâcha-t-il d'un ton qui sonnait presque déjà mort. C'était tout ce qu'il voulait pour elle, oui, mais ça ne le rendait pourtant pas vraiment heureux. Malheureusement, il n'avait pas de temps à perdre à être jaloux ce soir. De toutes manières, d'ici quelques heures le vide qu'elle avait laissé dans sa vie s'évaporerait, comme tout le reste, alors à quoi bon ?

Au lieu de ça, Logan haussa les épaules et reposa sa tête contre l'oreiller, fuyant une fois de plus le regard de Juliet pour fermer les yeux. Il n'y avait plus qu'à attendre, encore de très longues heures dont il finirait par ne même plus avoir conscience. Il laissa le silence reprendre sa place entre eux, aussi bien s'y habituer maintenant, alors que ses pensées vagabondaient désormais sur Joy. Pour un petit moment, du moins, jusqu'à ce qu'il reprenne la parole. « Tu ne m'en veux plus, hein ? Pour Joy et... tout le reste. J'ai vraiment merdé avec toi, mais pardonne-moi, s'il te plaît. » S'il fallait qu'il meurt ce soir, même si ce ne serait qu'une toute petite compensation, il avait envie de se dire qu'une personne au moins lui aurait pardonné ses erreurs.

_________________


Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1080
Points : 2874
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Mer 20 Sep - 20:28

Allongée aux côtés de Logan, Juliet fixait obstinément le plafond, incapable de détacher son regard d’une petite tâche brunâtre qui maculait la peinture autrefois blanche. Elle se perdait en conjectures inutiles : comment la tâche était-elle arrivée là, qu’est-ce qui l’avait provoqué, pourquoi personne n’avait-il jamais pris la peine de la retirer du plafond ? Autant de questions totalement sans importance, mais qui détournaient temporairement la brune de toutes les pensées bien trop morbides qui emplissaient son cerveau. Elle sentit bientôt le bras de Logan se poser sur sa taille, tandis qu’il se rapprochait d’elle, et qu’elle consentait enfin à quitter du regard la tâche pour le poser sur son ex compagnon. L’impuissance de la jeune femme lui sauta une nouvelle fois au visage, tandis qu’elle sentait son cœur se comprimer dans sa poitrine de ne pas pouvoir se montrer un peu plus utile. Elle tâcha de se redresser pour passer son bras autour des épaules du brun. Ce n’était pas vraiment une position idéale, mais qui est-ce que ça intéressait réellement ? Pas Jules en tout cas, qui serra doucement son bras autour de Logan pour lui apporter tout le soutien dont elle était encore capable.

Ce fut à cet instant que la brune demanda au mécano s’il avait quelques paroles à adresser aux personnes dont il était proche. Puisqu’il semblait décidé à vivre ses dernières heures dans cette triste chambre d’infirmerie en sa compagnie, cela avait semblé presque naturel à Juliet de savoir s’il n’avait pas un message pour les personnes qu’il aimait, et une nouvelle fois, elle entendit ces mots qui l’avait déjà fait tiqué un peu plus tôt. Non, tout n’irait pas bien. N’avait-il pas conscience du vide qu’il laisserait dans leurs vies ? Ce n’était probablement pas le moment de le faire remarquer, ça ne servirait à rien d’autre qu’à rendre cette situation encore un peu plus délicate. Si bien que Jules se contenta de hocher la tête pour lui dire qu’elle transmettrait ces quelques mots à Isha et Alex. Instinctivement, les yeux de la jeune femme rejoignirent une nouvelle fois la petite tâche, avant de se reposer rapidement sur Logan quand il mentionna le prénom de Joy, et Jules se força à écouter, prenant sur elle. Après tout, c’était bien elle qui avait lancé le sujet, non ? Elle fronça légèrement les sourcils face aux paroles du barbu, avant de se redresser légèrement dans le lit. « -Tu sais Logan…je suis pas certaine que ce soit la meilleure idée du monde d’écouter un seul des mots qui sortent de la bouche de ce malade. » Elle secoua légèrement la tête de droite à gauche, persuadée que la majorité des paroles prononcées par ce taré de Cornwell n’était que du poison destiné à déstabiliser ses adversaires, à les affaiblir psychologiquement pour mieux pouvoir les manipuler ou les détruire à sa guise. De son avis, il ne fallait pas se fier aux mots de ce barjot, ni même songer à y croire une seule seconde. Néanmoins, Juliet ne put s’empêcher de constater que Logan avait le même discours envers Joy qu’elle-même se bornait à avoir avec lui : tout ce qui semblait leur importait désormais était le bonheur de leurs anciens partenaires…mais qu’en était-il du leur ?

C’était peut-être à cause de leurs discours similaires qu’elle comprenait parfaitement ce qu’il éprouvait, et qu’elle n’insista pas plus, se contentant de poser son regard azur sur le visage souffrant du brun, qui avait refermé les yeux. Une nouvelle fois, un certain silence s’installa entre eux, et Juliet ne fit rien pour l’interrompre, c’était étrange, mais il avait un certain côté apaisant qui lui faisait du bien. A son tour, la brune se recoucha dans le lit, avant de tourner une nouvelle fois un regard surpris vers Logan, dont elle n’avait pas prévu les paroles. La surprise la laissa silencieuse quelques longues secondes, alors qu’elle tournait son visage étonné vers celui, souffrant, du barbu. Elle ne savait pas vraiment quoi répondre à cela, et pourtant, jamais choisir entre la vérité et les mots qu’il fallait, ceux qui étaient adéquats, ne lui avait semblé aussi facile. Elle resserra son bras autour de Logan, et se laissa même aller à glisser une main dans les sacro-saints cheveux de son ex. « -Non Logan…je ne t’en veux pas. C’est pardonné, et oublié. » Et même si ce n’était pas tout à fait exactement ce qu’elle ressentait, c’était pourtant les seuls mots qu’elle voulait adresser au barbu, et elle parvint même à esquisser un sourire assez doux à son intention, comme pour essayer de le réconforter un peu plus. A quoi bon revenir sur son cœur meurtri couturé de cicatrices, sur toutes les mauvaises décisions qu’ils avaient prises, et les peines qu’ils s’étaient infligés ? Ce n’était certainement pas le moment, et ça ne le serait désormais plus jamais. Sans rien rajouter, Juliet attrapa le linge sur le front du brun, qu’elle retourna pour appliquer le côté encore frais sur le front brûlant du malade.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 5820
Points : 6710
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Sep - 13:13

Ne pas croire Joshua ? Juliet marquait un point et peut-être que s'il avait eu l'esprit claire, Logan serait parvenu à suivre ce conseil plein de sagesse et de logique. Cet enfoiré voulait le faire souffrir, c'était clair et net, il l'avait prouvé à de nombreuses occasions ce soir. Mais tout ce qu'il avait dit et qui était vérifiable c'était révélé exact. Juliet, Isha et même Maddie... Alors pourquoi mentir sur Joy ? De toutes manières, ça ne changeait plus rien maintenant. Que ce soit vrai ou non, il fallait être réaliste, à 21 ans elle ne passerait pas le reste de sa vie à l'attendre encore moins quand il serait mort. Et même si elle le faisait, personne n'arriverait à la trouver dans les quelques heures qu'il restait à Logan pour vider son sac une fois pour toutes. La seule qui était là ce soir, la seule qui ait été là pour lui pendant toute sa vie, c'était Juliet et elle méritait mieux que de passer encore deux heures à écouter Logan lui parler de Joy ou passer les prochaines semaines à la traquer partout en ville pour pouvoir lui dire en face des mots qui ne changeraient plus rien et qui lui ferait plus de mal qu'autre chose.

Pourtant, ces mots tournaient en boucle dans l'esprit de Logan. Ce soir n'était certainement pas la première fois qu'il y pensait et qu'il s'imaginait ce qu'il aurait pu dire à la rouquine, à vrai dire c'était peut-être même ce à quoi il occupait la plus grande partie de ces nuits dernièrement. Ce serait un regret de plus, il en avait tellement qu'il était inutile de les compter, mais un de ceux auquel il ne pourrait plus rien faire. Ça n'était peut-être pas le cas pour ceux qu'il avait à l'encontre de Juliet. Elle était encore là, elle. Et finalement, après de longues minutes de silence à laisser ses pensées dériver d'un regret à l'autre, Logan fut frappé par la réalisation de ce fait. Elle était là, elle serait là jusqu'à la toute dernière seconde et encore après. Il n'était peut-être pas encore trop tard.

Il aurait du se sentir encore égoïste quand il osa poser une nouvelle question. À quoi s'attendait-il ? Même si elle le pensait, jamais Juliet n'oserait lui dire qu'elle ne lui pardonnait pas à cet instant précis. Il le savait pertinemment, elle était comme ça que ce soit par fierté ou par affection pour lui, par simple gentillesse, il savait très exactement ce qu'elle répondrait à la seconde où il osa lui demander. Et il ne fut pas déçu, loin de là. C'était mal, mais il ne se sentait pas vraiment coupable, plutôt apaisé. Peut-être qu'elle mentait peut-être que non, ça il ne savait pas le dire vraiment et ça n'avait pas tellement d'importance. « Merci. » souffla-t-il simplement en réponse. Il comptait bien lui épargner tout le reste, les pensées idiotes et les promesses dans le vent qu'on a envie de faire sur son lit de mort pour ne pas ajouter à son fardeau et à la place, il se contenta de lui sourire avec autant de sincérité que possible.

Quand elle eut terminé de s'affairer avec le linge qui reposait sur son front, Logan retourna appuyer sa tête contre elle et ferma les yeux de nouveau, laissant le silence reprendre sa place. Il aurait pourtant voulu lui parler encore, même s'il ne savait plus quoi lui dire que ne lui ferait aucun mal. Mais il était fatigué, épuisé, plus que quand il passait des nuits entière au rythme de sa fille ou quand il rentrait d'une garde au petit matin. Ses paupières pesaient des tonnes et ses pensées s'échappaient à toute vitesse sans qu'il ne parvienne à en formuler une assez clairement pour pouvoir la partager. Tout lui échappait, jusqu'à la faible lueur de l'ampoule au plafond supposée les éclairer. C'était la fin et ça ne ressemblait pas à ce à quoi il s'attendait. Il s'endormait simplement, doucement, sans que ça n'ait rien d'infernal ou de douloureux. Il ne l'aurait pas parié, sincèrement. Et à mesure qu'il s'enfonçait dans les ténèbres et que cette chambre terne perdait en consistance, même la douleur et la fièvre passaient.

La douleur revint quand il rouvrit les yeux. Tous ses muscles le faisaient souffrir, sa tête aussi, mais ça n'était même pas le plus important. Non, ce qui marqua d'abord Logan quand il se réveilla, c'était Juliet. Elle était toujours là, à côté de lui. Et ils étaient toujours dans ce lit, dans cette chambre, rien n'avait changé. Il leva son poignet pour regarder sa montre, réalisant juste qu'il n'avait pas pensé à la remettre en filant pour retrouver Joshua à leur point de rendez-vous. Mais il n'avait pas tellement besoin de savoir l'heure avec exactitude. Le soleil s'était levé dehors, une lumière blanche et encore faible passait par la fenêtre de la chambre. Il faisait jour, des heures devaient s'être écoulées et il se sentait juste comme au lendemain d'une très mauvaise grippe, rien de plus. Mais... C'était impossible, n'est-ce pas ? Il ne pouvait pas... « Jules ! » appela-t-il à voix basse en secouant légèrement la jeune femme. « Jules ! Réveille-toi ! » Peut-être qu'il dormait encore ? Il se détourna rapidement pour se redresser et s'asseoir dans le lit, soulevant de nouveau son t-shirt pour regarder la morsure sur sa hanche. Elle était moche et aurait mérité un bon nettoyage, mais elle ne ressemblait à rien de plus qu'à une blessure dégoûtante comme une autre. C'était absolument impossible.

_________________


Bella luna, my beautiful
You're the ghost of royalty imposing love. You are the queen and king combining everything, intertwining like a ring around the finger of a girl. I'm just a singer, you're the world, all I can bring ya is the language of a lover
Revenir en haut Aller en bas
InformationsContact
avatar
Messages : 1080
Points : 2874
Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
We have ashes, fire and hope
Juliet I. Whitman
Matricule n°001
We have ashes, fire and hope
Sam 28 Oct - 18:35

Mentait-elle totalement ? Juliet elle-même n’en était peut-être pas certaine. Peut-être qu’elle n’avait pas envie de dire à un homme mourant d’autres mots que ceux qu’il avait besoin d’entendre, ou bien peut-être que la brune ne se rendait compte qu’à cet instant précis, lorsque Logan était sur le point de s’éteindre pour toujours, que les blessures du passé étaient finalement bien plus cicatrisées que ce qu’elle avait toujours pu imaginer. Alors que le barbu s’installait de nouveau contre son bras, la jeune femme pris un peu plus ses aises dans le lit, et fixa longuement l’ampoule qui brillait doucement au plafond. Ses yeux la piquaient, et il lui semblait plus difficile à chaque seconde de les garder ouvert, et de ne pas se laisser simplement sombrer dans le sommeil. Elle savait bien qu’elle ne pouvait pas sombrer, que si elle s’endormait, il y avait de fortes chances pour que ce soit Logan en train de la grignoter qui la réveillerait. Mais elle n’était pas certaine que ce serait un drame pour autant, elle y trouverait même sans doute l’apaisement dont elle avait plus que jamais besoin. Et pourtant, malgré toutes ses bonnes résolutions, malgré ses efforts, malgré toute sa volonté, Juliet ne tarda pas à s’endormir, se laissant gagner par toutes les émotions de la journée, qui l’avaient épuisée.

Ce fut un bruit discret, peut-être un murmure, une légère agitation, qui tirèrent progressivement la jeune femme de son sommeil. Elle remua faiblement, mais la fatigue vrillait toujours son corps, qui la suppliait pour quelques minutes de repos supplémentaires. Pourtant, la voix retentit de nouveau, forçant la brune à puiser dans toute sa volonté pour réussir à ouvrir ses yeux gonflés et fatigués. Il fallut à la jeune femme quelques instants pour se rappeler les circonstances de sa présence dans les lieux, tandis que les souvenirs douloureux de la veille lui revenaient péniblement en mémoire. Elle serra très fort la mâchoire le temps que la vague de douleur la submerge une nouvelle fois, fixant obstinément le dos de Logan sans bouger. Le déclic se fit difficilement dans l’esprit embrumé de Jules, dont les sourcils se froncèrent peu à peu, avant qu’elle se relève rapidement pour faire le tour du lit, et se planter devant le mécano. Le visage de ce dernier exprimait une incrédulité sans équivoque, une incompréhension totale, qui se serait sans doute peint également sur le visage de son ex, si elle n’avait pas déjà vécu une scène quasiment identique, quelques temps plus tôt. Elle n’en était pas revenue non plus lorsque la morsure de rôdeur qui ornait le cou de Lïnko ne lui avait pas été fatale, et qu’il s’en était simplement sorti avec une vilaine blessure qu’elle avait pris soin de nettoyer pour éviter toute infection. Elle ne comprenait pas plus cette fois-ci que la précédente ce qu’il se passait, ni même pourquoi les deux barbus ne s’étaient pas transformés en rôdeurs à leur tour, mais après tout, ce n’était pas comme si voir la quasi-totalité de l’humanité se changer en bouffeur de chair était plus compréhensible.

La brune fixa la trace de morsure écœurante qui ornait toujours le flanc de Logan pendant quelques instants supplémentaires, avant de se redresser lentement, et de mettre quelques secondes de plus pour relever son regard sur le visage épuisé de Logan. Il avait une mise affreuse, ça c’était indéniable, mais il ne semblait plus mourant, à croire que lui aussi allait se remettre de ce mauvais coup de dent. « -Tu devrais faire nettoyer ça.» Le son rauque de sa propre voix ne l’interpella même pas, ça n’avait de toute façon pas la moindre importance. La jeune femme prit quelques longues secondes de plus pour fixer les traits tirés du brun, sans parvenir pour autant à esquisser le moindre sourire pour exprimer au jeune homme le fait qu’elle était soulagée de le savoir encore en vie. Pourtant elle l’était, réellement, cela ne faisait même aucun doute, même si Jules se sentait encore bien trop affectée par la perte de Maddie pour apprécier pleinement cette bonne nouvelle. « -Tu dois manquer à Octavia. » C’était dit dans un souffle, léger, et à vrai dire, Juliet elle-même ne savait pas vraiment pourquoi elle avait dit ça. Sans doute parce que si elle avait cru mourir et que pour une raison inexplicable elle avait réussi à survivre, serrer sa fille aussi fort qu’elle le pouvait contre elle aurait sans doute été la première chose qu’elle aurait voulu faire. Même si elle n’aurait jamais plus cette chance.

Jules hocha légèrement la tête, avant de faire demi-tour, et de se diriger vers la porte de la chambre dans laquelle elle avait passé la nuit. Elle l’ouvrit, prête à quitter les lieux, lorsqu’elle se figea une nouvelle fois sur le pas de la porte. « -On dirait que t’as droit à une seconde chance. Essaye de pas la gâcher. » C’était une opportunité en or, une chance que peu avaient eu la chance d’avoir, plus par les temps qui courraient. Une opportunité à côté de laquelle Maddie était passée…tout comme Eulalie. Et puis…Logan avait semblé plein de regrets quand il avait cru que sa dernière heure était venue, il avait désormais la possibilité de réparer ses erreurs, et c’était sans doute une occasion à ne pas manquer. Elle lui adressa un dernier regard, avant de quitter la pièce sans un bruit, puis l’infirmerie dans la foulée. Ce fut à peine si elle sentit l’air frais qui fouetta son visage lorsqu’elle se retrouva dans les rues de Fort Hope. Il lui fallut une brève minute pour rejoindre sa maison, et attraper les quelques armes qu’il lui restait, avant de ressortir de cette maison comme si elle avait été hantée. Toutes les personnes qu’elle avait aimées et qui avaient vécu dans cette maison étaient désormais mortes, ou parties, et Jules ressentait plus que jamais le besoin de s’en éloigner. Elle savait pertinemment qu’elle ne parviendrait jamais à retrouver la route prise par Joshua pour rejoindre la cabane, il s’en était assuré, mais la brune ne pouvait pas rester à Fort Hope sans rien faire, c’était bien trop difficile. Si bien que Juliet ne tarda pas à franchir les barrières du camp, son sac sur le dos, sa silhouette s’éloignant peu à peu du camp pour se perdre à l’horizon.

_________________
"I see humans, but no humanity"
On nous apprend à compter les secondes, les minutes, les jours, les années...mais personne ne nous explique jamais la valeur d'un instant. ♛ by endlesslove.

Revenir en haut Aller en bas

Nouveau
Répondre

 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum