Vote au top-site, sauve un poney !
Aide

Vous trouverez ci-dessous une collection de liens qui vous seront utiles tout au long de votre expérience de jeu parmi nous !
  1. Boutique du forum
  2. Archiver un sujet
  3. Pimenter les RPs
  4. Lancer un dé [Règles]
  5. Demandes administratives [Général]


Vous êtes nouveau ? N'hésitez pas à consulter notre "Guide de Survie" dont vous retrouverez le lien sur l'index ou à contacter un admin en cas de problème !
Placer votre recherche sur la PA
Newsletter #29 : Juillet 2018
Recensement Recensement #5 en cours
Animation trimestrielle #1 Changez de sexe !
Recherche de RP Consultez les demandes de RP

Cet été sur In Your Flesh, réalisez votre rêve d'enfant et devenez dresseur Pokémon ! Pour les attraper tous, ça se passe ici
Scénarios du mois (+60pts) | Groupes dans le besoin
(Intrigue #5) What lies ahead - préambule : Welcome to Detroit > A lire ici

In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community

 your eyes betray what burns inside you
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Messages : 4519
Points : 3028
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Jeu 14 Déc - 22:54
Mes mains, déjà caleuses, sont en sang et couvertes d’ampoules quand je peux enfin allonger Matthew dans le trou où j’espère qu’il pourra trouver le repos et me pardonner. Si seulement je n’avais pas essayé de réfléchir, que j’avais donné la peluche sans hésiter à Logan. Lui serait toujours en vie et moi j’aurais encore un père, enfin j’imagine. Une petite voix perfide qui revient un peu trop à la charge en ce moment me souffle que c’est mieux que cela soit la tombe de Matt que je creuse plutôt que celle de Joey ou Logan.

Je me dégoute de ma façon de voir les choses, mais oui, je sais maintenant que leur vie n’a pas la même valeur à mes yeux que celles des autres. Tant pis s’ils ne veulent plus de moi, ça ne change rien au fait que Logan, Joey, Harvey et Octavia sont ce qui ressemble le plus a une famille pour moi et que je préfère crever avec la terre entière pour qu’eux restent en vie.

Mécaniquement la terre recouvre petit à petit Matthew qui va reposer dans son étrange costume de super héros. Peut-être aurais-je dû trouver d’autres vêtements, peut-être qu’il aurait fallu que je demande dans le camp s’il n’y avait pas des gens qui auraient aimé être présent pour lui dire au revoir… un regard vers la tombe simple et pas si ancienne que ça, ou j’ai planté un citronnier, me rappelle qu’on meurt seul ici.

Les larmes aux yeux du tumulte de désespoir, de colère et de douleurs qui m’agite, saupoudrés de cette réminiscence d’un deuil loin d’être passé, je m’active pour remplir le trou que j’ai fait. Mon vieux disait toujours « jamais moins de 2 mètres si on ne veut pas que des bestiaux viennent déterrer les cadavres ». A l’époque je pensais que c’était une de ses phrases a la con, pour nous faire peur, mais maintenant je me pose de réelles questions sur ce point précis.

Mes pensées sont très loin d’ici quand je me rends compte que Logan est là. Je reste à le regarder, fou d’appréhensions du mal qu’il va falloir encaisser alors que je ne suis pas sûr d’être assez fort. J’ai peur, je ne veux pas qu’il me le dise, je ne veux pas entendre la sentence, je ne suis pas prêt… Je suis incapable de bouger. Je voudrais le supplier mais je sais que si j’ouvre la bouche, dans l’état ou je suis-je vais juste me mettre à chialer comme un gamin. Et puis, ce n’est pas à moi de décider ce qu’il veut pas faire.

Je ne recule pas mais l’appréhension monte quand il finit par s’approcher de moi et me poser la main sur l’épaule. Je ne le sens plus autant en colère que tout à l’heure mais ça me rassure pas. Il a pris le temps de réfléchir… je vois se profiler le « cauchemar raisonnable » qui aurait dû avoir lieu il y a des mois j’imagine. J’arrive à peine à respirer pendant qu’il fait durer ce silence insoutenable, les yeux perdus sur les tombes

Je sens ses doigts presser un peu plus mon épaule, au moins c’est peut-être le signe que ce n’est pas si simple pour lui de me foutre dehors et de m’abandonner comme tout ceux d’avant l’avaient fait. Maigre consolation face à l’inévitable. Mon géniteur a gagné, il vient de me prendre tout ce qui avait de l’importance à mes yeux. Je me sens « poussé » contre Logan.  

Je me raidis instantanément à ce contact, je ne sais pas si je pourrais un jour rester calme quand un homme est trop prêt ou me touche, même si c’est Logan. Pourtant je ne fais rien pour me dégager, je reste dans cette position, un peu tendu, sans oser bouger. Et puis, je ne sais pas trop ce qui se passe dans ma tête, trop de choses en peu de temps, trop de tensions pour mes nerfs épuisés, trop de deuils à faire, trop de douleurs à contenir, je sens mes larmes couler le long de mes joues. J’essaye de baisser la tête pour pas qu’il me voit chialer, mais je suis pas sur d’être discret pour le coup. Je lâche un pauvre rire nerveux :

« Putain, tu t’es bien fait avoir le jour où on m’a refourgué. Si t’avais su à quel point j’étais naze, a chialer comme une gonzesse ou a même pas supporter qu’on me touche, je paris que t’aurais pas signé pour en chier avec moi… »

Mon sourire meurt immédiatement à cette pensée. Et s’il ne m’avait pas ramassé… ? Combien de vie auraient été sauvées ?

« Le dis pas s’il te plait… je… je suis pas prêt pour l’entendre et t’es pas obligé de le faire. Je vais partir tout seul, laisse-moi juste encore un peu de temps pour ramener Joey au Labo. Je sais pas quoi faire pour le gosse, mais je vais attirer mon vieux le plus loin d’ici. »

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Ven 15 Déc - 20:26
Le corps d'Isha qu'il sentait se tendre contre lui arracha une nouvelle vague de colère à Logan, qu'il parvint cependant à contenir, cette fois. Mais ça lui rappelait une autre des trop nombreuses erreurs qu'il pouvait ajouter à sa liste. Il n'avait pas été là pour le jeune homme quand il aurait du et son incapacité à le protéger datait de bien avant que Joshua ne vienne se mêler de leur vie, finalement. Les larmes qui suivirent ne firent qu'ajouter au fardeau déjà lourd qu'il portait, mais par pudeur ou par honte, il ne savait pas trop, le barbu s'efforça de ne pas les regarder couler sur les joues du gosse, observant plutôt le sol de son air dépité. Il était largement temps qu'il retrouve la parole et qu'il dise quelque chose, mais quoi ? Qu'est-ce qui pourrait vraiment suffire, finalement ?

Il n'eut pas l'occasion de trouver ces mots magiques qui changeraient tout qu'Isha se lançait dans sa propre version d'une conversation. Étrange et déprimante, mais Logan l'écouta sagement jusqu'au dernier mot, sentant son visage se tendre peu à peu dans une grimace décontenancée, ses sourcils se froncer d'effroi. Il s'éloigna dès que le jeune homme eut terminé, pour se tourner vers lui et l'observer sans ciller. « Qu'est-ce que tu racontes ? » demanda-t-il, le ton peut-être trop dur. La question étant clairement rhétorique, il ne lui laissa pas le temps de trouver une autre petite tirade piteuse à fournir pour s'expliquer et ajouta aussitôt : « J'ai jamais eu l'intention de te demander de partir, c'est même hors de question. Et je t'interdis de t'approcher de cet homme de prêt ou de loin, c'est clair ? » Il ne plaisantait pas et ça se voyait. Le moment semblait peut-être mal choisi pour asseoir son autorité de chef de famille, mais ça lui était bien égal pour le coup. Malheureusement, il savait aussi que jouer au grand méchant papa qui dispute son gosse après une grosse bêtise ne suffirait pas à calmer les ardeurs d'Isha. Ça ne suffisait jamais, malgré tous les efforts de Logan, l'autorité restait un obstacle assez imposant sur leur route. Il poussa un léger soupir, passant une main sur son visage pour remettre un peu d'ordre dans ses idées et de calme sur ses traits.

« Écoute, Isha... Je sais que je suis pas ce qui se fait de mieux comme père, j'ai merdé plus d'une fois avec toi et... J'ai du mal avec les démonstrations d'affection, mais... Je me fous totalement de ce que dit ton acte de naissance ou de toutes les conneries qu'on peut faire l'un ou l'autre. Tu es mon fils, pas le sien, je t'aime avec tous les bons et les mauvais côtés que ça implique. On ne démissionne pas de son rôle de parent, jamais, peu importe ce qui se passe. » Rien de tout cela ne suffisait à régler la question de Joshua, malheureusement, mais Logan se prenait à espérer quand même que ça suffirait à retenir Isha d'aller faire une connerie de plus grosse que lui qui le tuerait certainement. « On va s'occuper de Joshua, d'accord ? Je te promets qu'il finira par disparaître de nos vies pour de bon. Mais j'te laisserais pas payer tout seul pour ses actes. File-moi ce talkie, maintenant. Et tout ce qu'il a laissé pour moi là-bas. » Il tendit une main ouverte vers le gosse, attendant qu'il obéisse sans poser de question. Ça ne lui plaisait pas d'entrer dans le jeu de Cornwell, mais... quel autre choix avait-il ? Pour le retrouver, pour retrouver Peter surtout, il faudrait bien savoir où il se cachait. Ne restait plus qu'à attendre de découvrir les termes du marché qui viendrait probablement ensuite et qui, Logan le devinait déjà, serait un prix trop cher payé qu'il réglerait quand même.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 4519
Points : 3028
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Mer 20 Déc - 12:38
Je crois que je reste a le regarder incrédule. Ces mots je l’ai peut-être attendu sans m’en rendre compte a tel point que j’ai du mal a ne pas me convaincre que je ne suis pas en train de les imaginer après cette journée désastreuse ou mes nerfs sont plus tendus qu’un micro string sur un sumo XXL. Je crois que je voudrais dire un truc, mais en fait, aucun mot ne semble vouloir venir de ma bouche de poisson hors de l’eau.

Je crois qu’en fait, dans ce bas monde, il n’y a que Logan dont l’avis, le regard et l’opinion ont eu un de l’importance pour moi. C’est peut-être juste pour essayer de paraitre moins affreux a ses yeux que j’ai bien voulu essayé de travailler honnêtement, que j’ai refusé d’aider mes frangins quand ils m’ont demandé de vendre de la drogue dans le garage de Dolan. Je voulais qu’il soit fier de moi, les autres je m’en foutais.

Sauf que j’ai toujours vécu dans la peur qu’il me rejette, qu’il se réveille un matin en se demandant pourquoi il s’était lancé dans un truc aussi merdique que d’essayer avec un connard que moi, qu’il préfère se consacrer à sa fille… C’est débile quand on y réfléchi, parce que, même s’il y a eu des hauts et des bas, il ne m’a jamais lâché, il a jamais abandonné le chien errant qu’il a ramasser à Burlington.

Je reste un moment comme un con avant de faire un truc pas naturel pour moi. Sans prévenir, mu par un instinct qui ne se contrôle pas, je me jette juste contre lui. C’est débile avec mon « problème » mais je ne trouve rien d’autre pour exprimer ce que je ressens et éviter qu’il me voie ENCORE chialer.

« Merci »

C’est tout ce que j’arrive a articuler avant de réussir a me reculer. Ouai c’est naze. « Je t’aime -merci ». Mais putain, s’il savait comme c’est juste énorme pour moi. Je tente de sourire malgré mes yeux rouges et c'est presque avec un petit rire que je lui lache:

« Vas pas te faire des films hein, j’ai juste une crise d’allergie. »

Je sais très bien qu’il sait que je ne suis pas allergique a quoique ce soit sauf a mon vieux. Mais je n’ai pas l’habitude que l’on puisse voir ce qui me touche ou pas et je me sens moins vulnérable en balançant une connerie. Je prends le temps d’essuyer mes yeux de pisseuses, en me foutant certainement de la terre partout sur le visage. Je me sens épuisé, vidé de ces espèces d’ascenseurs émotionnels. Et quand il reparle de mon géniteur, je me referme tout de suite. Fini ce moment de calme, le cauchemar est toujours là.

«Logan… je le connais, a moins que ca ne soit pour négocier notre reddition, lui parler ne donnera rien… »

Dans ses yeux je sens que je ne pourrais pas le faire changer d’avis et je m’en veux d’essayer alors que la vie d’un enfant est en jeu. Je lui tends ce qu’il me demande mais je ne peux m’empêcher d’ajouter d’une voix morte :

« Ne lui demande jamais pourquoi, ça l’énerve, et quand il est en colère il ne se contrôle pas et j’ai peur pour Peter… je… il a tué au moins deux de mes frères je pense, en plus de ma sœur quand j’étais petit.»

Triste aveu en sachant que je n’ai rien fait pour personne a part nous protéger égoïstement comme je l’ai fait en ne donnant pas la peluche a Logan en arrivant.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Lun 25 Déc - 22:30
Parler avec Joshua pouvait bien être inutile, Logan n'en doutait même pas, mais quel autre choix avaient-ils ? De toutes manières, même s'ils décidaient de ne pas appeler Cornwell, Logan ne laisserait pas Isha partir d'ici avec un moyen de contacter son père et surtout de le faire sans qu'il ne puisse l'avoir à l’œil. Hors de question qu'il ne file dans le piège tendu par ce monstre sans que personne ne puisse le protéger, sous prétexte de ne pas vouloir mettre en danger qui que ce soit. Aussi, le barbu se dépêcha de récupérer le talkie et le papier, d'un geste assez brusque, avant qu'Isha ne change d'avis. Il prit quelques secondes pour observer l'affiche, mais ne parvint vraiment pas à apprécier la plaisanterie de Joshua. Au contraire, la colère revenait vite, trop vite même. Il avait envie de hurler et d'arracher les yeux à cet enfoiré, mais se contenta pour le moment de serrer son poing autour du morceau de papier jusqu'à en faire une boule compacte qu'il lança rageusement devant lui. Tant pis pour la planète. Et plus encore pour le message qui devait se cacher derrière la moquerie et auquel Logan ne se sentait vraiment pas sensible aujourd'hui.

Il releva les yeux vers Isha, tenant le talkie bien droit entre ses doigts, comme s'il comptait réellement passer cet appel qui n'apporterait forcément rien de bon. Il le fallait pour Peter, mais le gosse n'avait pas tort sur un point : il y aurait un prix à payer, mais lequel ? « On est pas obligé de le faire, Isha. » précisa-t-il, pourtant déjà certain qu'il finirait par le faire, même s'il fallait attendre que le gosse ne soit plus là. Le gamin ne semblait pas sûr de lui et tout ça aiguisait les nerfs déjà à vif du géant. S'il fallait prendre une décision, autant que ce soit maintenant. Qu'ils n'aient pas le temps d'y réfléchir, de peser le pour et le contre de cette décision. Mieux valait des regrets que des remords, c'était bien comme ça qu'on disait ? Il observa le jeune homme encore une seconde en silence avant de lancer, d'un ton sans appel : « Je ne veux pas t'entendre dire un seul mot jusqu'à ce que j'ai éteint ce truc, c'est clair ? » Et, aussi simplement que cela, il enclencha le bouton et porta l'appareil à ses lèvres. « Cornwell ? »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 172
Points : 847
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Mer 27 Déc - 8:41
« Allons Evah, arrête de brailler comme un âne qu’on égorge, alors que l’on encore loin de l’égorgement. Et puis, vu ta tête, tu ne vas pas me dire que tu es un œil prêt !» Le Renard fanfaronnait devant la femme défigurée par son fils il y a peu. Il venait de lui arracher son œil cuit à l’aide de l’épluche légumes avec un art savant de déviant psychopathe. Il savait très bien que le nerf optique était un cadeau de mère nature quand il s’agissait de faire mal aux gens. Et il venait de démontrer au jeune garçon muet en train de vomir, à côté, que, même derrière un œil ressemblant à un œuf pourri trop cuit, il y avait encore suffisamment de terminaisons nerveuses actives pour faire miauler de douleur l’ex-amie de son fils et de feu sa belle-fille. Il savait depuis déjà quelques heures que la jeune femme disait la vérité quand elle jurait, sur tout ce qui existait, qu’elle ne savait pas où trouver Jude. Mais il se devait d’éduquer le jeune Peter sur « comment faire les choses bien ». Malgré les beuglements de la cyclope, il entendit le grésillement du talkie Spiderman posé sur un tabouret, à côté des ongles sanguinolents arrachés aux doigts d’Evah. Peter semblait aussi avoir perçu quelques choses puisqu’il avait tourné la tête. On devait toujours faire confiance aux handicapés non ? Perdre un sens permettait d’en développer d’autres… quoique, « parler » n’était pas un des 5 sens officiels. Pourtant il n’y eut plus de doute quand une voix inespérée retendit. Joshua se mit à sourire avant d’attraper le petit jouet : « Carter ! Je n’y croyais plus ! Tu en a mis un temps. ». Il Leva les yeux au ciel en entendant la femme recommencer à hurler pour demander de l’aide. Comme si ce mou du genou de Carter pouvait aider qui que ce soit. « Excuses moi Carter, je suis avec une mal polie qui ne connait pas encore ton délai d’intervention. Matthew aussi remarque, il t’a appelé des jours. » Il retourna vers Evah sans prendre la peine de couper le Talkie et lui mis un coup de poing au visage, du côté sans œil, qui eut le mérite de lui couper le son après un cris de douleur suraiguë. Il grimaça en regardant Peter qui était tout penaud dans son coin avec son sac a vomit. « Et toi, nettoies moi tout ça où je t’appelle sac a vomis jusqu’à la fin de tes jours et je t’oblige a bouffer son œil». Il soupira avant de se reconcentrer sur celui qui était de l’autre coté de la ligne. « Voila Carter, je suis à toi, enfin façon de parler. Vue la situation, je dirais plutôt que tu es à moi. Je t’écoute Monsieur le donneur de leçons ? J’imagine que si tu prends la peine de m’interrompre, ce n’est pas pour me conter fleurettes. »

_________________
avatar
Messages : 4519
Points : 3028
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Mer 27 Déc - 9:15
La minute émotion se termine trop vite à mon gout, et vue sa caboche quand il m’arrache presque le talkie des mains, je sens que l’on ne va pas attendre 10 ans pour qu’il contacte mon géniteur. Je ne suis même pas sûr qu’il m’ait écouté sur les conseils que je viens de lui donner.
Je me mets a espérer plein de choses égoïste du genre, le vieux qui ne répond pas, qu’il a réussi a se tuer tout seul dans une horde ou en faisant cahier d’autres personnes plus capable de le poutrer que nous. Mais je sais que ca serait trop demander à la vie ce genre de petit miracle et que ca ne nous aiderait pas à sauver le gamin qui est piégé avec lui.

J’ai un sourire amer quand il me dit qu’on est pas obligé de faire ça. Lui et moi on sait bien que si, on est obligé, parce que même si on est pas des saints, on ne pourra jamais dormir en sachant qu’on a abonné un gosse entre les mains du type qui a déjà sacrement pourri mon enfance. Et je me doute bien que Logan ne va pas rentrer chez lui et regarder Alex dans les yeux pour lui expliquer qu’il a laisser son fils mourir.

Par contre je garde un air renfrogné quand il me doit de me la fermer pendant que lui parle. Ça fait un peu « laisse les grands parler entre eux gamin ».  J’ai passé l’âge de ces conneries. Même si je pense qu’il a raison, qu’il vaut mieux qu’il n’y ait qu’un interlocuteur pour faire face à mon géniteur, je me garde bien de promettre quoique ce soit. A mon avis on ne sera pas trop de deux pour essayer de négocier avec ce tordu. Surtout que j’ai le sentiment que je connais mieux ce connard que lui.

Logan n’en attend pas que je promette quoique ce soir pour essayer de contacter mon vieux. Le silence qui suit me donne autant d’espoirs que d’angoisses. Si le vieux est mort ou ne veut pas parler, on ne retrouvera jamais le petit. Mais, après une courte durée, la voix qui m’a toujours hantée retentie dans le talkie. Mais elle n’est pas seul à s’imposer à nos oreilles et je ne mets pas longtemps à reconnaitre l’ancienne super copine d’Ava. Putain… non…

Je regarde Logan avec horreur en chuchotant un « Evah ». Merde j’ai fait du mal a cette femme parce qu’Avalohn m’avait menti. Je porte ce fardeau depuis que je sais la vérité. Mais au moins, jusqu’à maintenant, j’espérais qu’elle allait bien malgré ses blessures. Elle avait été une bonne amie pour la Louve et ne meritait que je lui crame la moitié du visage au nom d’pseudo viol qui ne s’était produit que dans les mensonges de ma Louve. J’arrive à me retenir de prendre le talkie et a lui gueuler d’arrêter ce qu’il est en train de faire. Je sais très bien que si je fais ça, ca sera pire pour elle. Je serre la mâchoire quand j’entend la mandale qu’elle se mange.

Il parle à une autre personne. Est-ce Peter ? Putain pourvu que ça soit le gosse et qu’il ne soit pas en train de lui faire du mal. Au moins, il n’hurle pas de douleur lui, pas comme cette pauvre Evah. Je n’ose même plus regarder Logan. Je me doutais bien que cette conversation serait pénible mais je ne pensais pas a ce point-là. Et ce n’est que le début… le connaissant, il saura faire pire.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Sam 30 Déc - 11:59
Cette conversation serait désastreuse et si Logan en était parfaitement conscient lorsqu'il appuya sur le bouton de l'appareil, il ne savait juste pas à quel point encore. Il le sut rapidement lorsque la voix de Joshua lui répondit au travers de cris de douleurs et d'appels à l'aide. Un instant, Logan ferma les yeux, serrant les mâchoires dans l'espoir de contenir un peu du venin qui lui brûlait le palais et qu'il rêvait de pouvoir cracher au visage de son adversaire. Isha respectait au moins sa parole de ne rien dire et c'était tant mieux. L'envie de s'énerver devait être aussi forte chez l'un que chez l'autre, surtout après cette journée, mais pour cette fois Logan avait encore le recul nécessaire à essayer. Essayer seulement.

Il eut même la sympathie, ou le besoin vital pour garder son calme, de laisser à Joshua l'occasion de monologuer un peu, de faire son show comme il devait en crever d'envie depuis des jours. C'était compliqué pour Logan de ne pas jeter simplement le talkie quelque part au milieu des arbres et de refuser simplement de jouer à ce jeu. Tout ce qui le retint d'aller réellement jusque là, ce fut le minuscule espoir que Peter soit dans cette pièce avec Cornwell au moment même où ils parlaient. Aussi, il prit sur lui jusqu'à ce que le père d'Isha accepte de lui laisser la parole, ce qui lui sembla durer vraiment une éternité au cours de laquelle il avait eu le temps de retrouver son calme. « Je veux récupérer Peter, intact et rapidement. Qu'est-ce que tu veux pour rendre ça possible ? » Sa voix était glaciale et parfaitement mesurée malgré tout, le surprenant lui-même de la retenue dont il parvenait à faire preuve. Ce qui le surprit moins, en revanche, ce fut ce goût acide qui lui caressa la langue à la simple idée des mots qu'il venait de prononcer. Comme si la vie d'un gamin pouvait être réellement achetée. Mais ce serait bien de cela dont il serait question à la fin, pas vrai ? Joshua voudrait quelque chose pour libérer l'enfant et Logan refusait de perdre plus de temps et de lui laisser la moindre chance de détourner son attention. Il allait droit au but, ne prenait sans doute pas le temps de peser ses mots, mais il privait aussi Joshua d'une chance de tergiverser. Du moins l'espérait-il.

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 172
Points : 847
Date d'inscription : 03/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Jeu 4 Jan - 21:46
Le Renard resta une minute la bouche ouverte à essayer de ravaler sa déception. La réponse de Carter était une insulte au temps qu’il passait pour créer ce petit lien magique, a l’énergie déployer juste pour cet abominable malappris qui, non seulement ne respectait pas le droit au monologue, mais, en prime, ne savait pas faire durer le plaisir. C’était aussi pathétique que de s’envoyer des paillettes au visage quand on était à court d’arguments. Il se sentait comme un grand chef étoilé, ayant mitonné pendant des jours des mets rares et durement acquis pour qu’un sale gouffre morfale vienne tout gober avec la vitesse d’un participant de concours de hotdog. C’était trop demander qu’il prenne au moins un peu de temps de savourer le moment ? Il n’y avait plus aucun respect de nos jours, c’était affreux. Mais comment la pétasse des services sociaux avait pu estimer que ce balourd malpoli ferait un meilleur père que lui !? « J’aurais apprécié un peu plus de respect et de reconnaissance de ta part. Ce môme, je l’ai quand même sauvé des griffes d’un pointeur. A croire que tu n’y tiens pas tant que ça au petit handicapé ! Ou que tu ne me penses pas assez dangereux pour te le faire parvenir en kit sans notice de remontage. » Joshua tenait à remettre rapidement le rapport de force en place. Carter était le clébard qui quémandait et lui avait le pouvoir de vie ou de mort sur le chiard. « Je te le ferais bien miauler au talkie mais tu vois, je ne sais pas ce qui cloche avec ce gosse, mais je crois que j’arriverais plus facilement à péter des paillettes que lui soutirer un son. ». Il lança un regard plein de mépris à la petite chose vomissante qui était au cœur de cette conversation. Joshua n’était pas homme à ressentir la pitié, mais il avait réellement le sentiment d’avoir sauver le gamin. Délire narcissique de psychopathe ou art du mensonge manié au point de se persuader lui-même, les réponses n’étaient jamais évidentes si l’on faisait l’erreur d’essayer de comprendre Joshua Cornwell.

Logan voulait une version courte et rapide, ça tombait bien, car le Renard n’avait absolument pas envie de lui faire ce plaisir et d’être arrangeant. De toute façon, il avait le droit à son monologue de vilain non ?  « Puisque tu sembles vouloir négocier la vie d’un enfant comme une vulgaire marchandise, ce qui est choquant, je trouve, pour un représentant de la morale tel que toi, qui serais-je pour oser te refuser ce requête ? Tu vois je suis d’excellente humeur et je m’étais promis d’être plus gentil avec toi. Maintenant que c’est fait, je te laisse réfléchir à la valeur que pourrait avoir l’adorable petit bambin de cette brave Alex à tes yeux. Qu’es-tu prêt à donner pour que je te le redonne en vie ? ». Le ton était faussement amical et exagérément choqué. Joshua ne doutait pas d’être plus versé dans la pratique des négociations qu’un pauvre petit mécanicien sans envergure. Entrée dans un marchandage en demandant à un interlocuteur de définir la mise de base, au risque de le faire passer pour un monstre s’il ne proposait pas assez, affirmait, une nouvelle fois, la position de force du Renard. Maintenant, il ne restait plus que d’éviter à Carter de réfléchir tranquillement. De ce que qu’il avait compris du fonctionnement du primate, quand on lui enlevait l’option « tout cassé et tapé » il était vite perdu. Autant le maintenir dans ce sentiment, qu’il mesure l’ampleur de l’abime où il s’enfonçait un peu plus chaque jour, faute d’être aussi malin que son adversaire. « Pendant que tu détermines ton prix, j’aimerais bien que nous profitions de l’instant pour parler de mon fils. Je m’inquiète pour lui. Déjà, je voulais savoir comment tu pensais gérer ses petits problèmes mentaux ? C’est vrai ça, tu vas faire quoi si Robin revient ? Juste par curiosité. Parce que ça serait un beau bain de sang dans ton tranquille petit hameau si le gamin refait une crise comme chez les Punishers. N’est-ce pas Evah ? Bref, je me demandais, aussi, pourquoi il a fait faire vérifier si j’avais violé son vide couilles du moment, alors qu’il ne l’a pas fait pour la pute qu’il voulait épouser. Franchement, a quoi ça a servit que je la lime jusqu’au sang, s’il n’a même pas pris la peine de prendre tous les indices qui aurait pu lui dire qu’elle ne s’était pas suicidée toute seule. Je me plie en quatre pour vous et j’ai quoi en retour ? Au moins comme ça, j’ai donné vie au délire de cette garce. Tu savais qu’elle avait été lui raconter qu’elle avait été violée à cause de lui, tout ça pour pas qu’il la saute et qui lui donne tout ce qu’elle voulait. Tu ne vas pas me dire qu’à ce niveau-là, c’est le roi des cons. Et toi, tu as laissé faire ? Pendant qu’il courait lui trouver des poneys, des fleurs, des bijoux, et je ne sais qu’elle connerie, elle s’envoyait en l’air avec son ex. Moi au moins j‘ai fait mon travail de père attentif. Je peux te jurer qu’elle a couiné de douleur cette chienne. Elle a supplié, c’était à se poiler, elle était prête à tous vous vendre pour que je ne la suspende pas comme une baudruche dans ce hall. C’est dommage que je ne sache pas bien faire les neufs coulants. J’ai cru qu’elle ne passerait jamais l’arme à gauche… ». Le Renard était loin d’avoir fini son monologue, mais, soudain, il eut l’impression qu’il n’y avait plus personne au bout du fil. « Carter ? ». Il espérait pour Peter que c’était un problème de batterie et pas autre chose de mortellement agaçant !! Bien, heureusement, Evah était là pour l’aider à passer évacuer sa frustration.


HRP:
 

_________________
avatar
Messages : 4519
Points : 3028
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Sam 6 Jan - 0:57
Je me raidis en entendant Logan s’adresser au vieux. Putain… y’a des gens qui ont morflé pour moi que ça a la maison. Et je suis pas sûr que ça soit la meilleure façon de négocier une reddition soit de ne pas servir la dose de sucre pour enrober la demande et se mettre vendre à terre. Je me demande où Logan a appris la négociation.

Je serre littéralement le cul, craignant qu’il nous annonce qu’il a refroidi le gosse sur un coup de nerf. La susceptibilité de mon géniteur et ses réactions disproportionnées ont marqué au fer rouge mon enfance. Je pensais être nerveux mais je crois que mes yeux doivent presque sortir des orbites quand mon vieux nous explique que Peter était avec un violeur. N’étant pas certain que Logan sache ce qu’est un pointeur je lui articule muettement et certainement avec un visage fermé le mot « pédophile » a défaut d’arriver à dire violeur.

Une fois de plus la sempiternelle question si on exclut le « pourquoi » c’est le, est ce qu’il ment ou pas. J’aimerais bien faire style « hey c’est mon vieux, je sais comment il pense et il peut nous envoyer toutes les paillettes aux yeux qu’il veut, moi, je sais quand il ment et quand il dit la vérité. » Sauf que malgré les trop nombreuses années passé auprès de lui, je suis trop souvent dans le brouillard quand il nous sert ses salades.

A la voix je sens que Logan l’a énervé et ça signifie qu’il va se venger. Même s’il n’avait pas le gosse et l’ex-amie d’Ava que j’ai mutilé à tort au non d’une vengeance née d’un mensonge de la louve, je resterais tendu a l’extrême. Je n’aime pas son ton faux et trop mielleux pour être honnête ni la pirouette qu’il utilise pour demander à Logan de fixer un prix. Logan n’y arrivera pas, il sait très bien ce qu’il faudrait donner pour récupérer le petit garçon, mais il n’arrivera pas à le formuler. Le vieux veut que je retourne avec lui, peut-être pour me tuer comme les frangins, peut-être pour autre chose, impossible de savoir avec lui.

Je me doutais qu’il allait mordre, qu’on allait pas juste avoir une transaction à la con, mais, franchement, la partie naïve de moi avait espéré que les petites piques du début de conversation serait les seules marques de ses attentions perfides. C’est si mal connaitre mon géniteur. Je me fige et après un regard anxieux vers Logan, je baisse rapidement les yeux honteux de cette évocation beaucoup trop juste de Robin et de mes peurs. Depuis combien de temps me colle t’il au train pour savoir tout ça. J’ai presque les jambes qui flageolent…. Etait il déjà en observations quand j’étais chez les Punishers ?

Ca me parait impossible et pourtant, c’est tellement son genre. Je relève vivement le visage vers le talkie comme si le diable venait apparaitre dans la main de Logan quand il se met à parler de la Louve. Il n’a pas le droit… pas ici presque sur sa tombe, pas pour dire des horreurs pareilles. Le « ET SI » qui est évoqué est trop monstrueux pour que j’arrive à l’encaisser. Je sens Robin réagir en même temps que moi et nous sommes d’accord.

Le vieux doit mourir. Sauf qu’il est bien gentil Robin mais c’est pas le moment de me faire ce coup la. Merde… comment mon couteau est arrivé dans ma main ???? Je serre la lame pour repousser celui qui veut prendre le contrôle. Ca serait plus simple si le géniteur se la fermait. Mais ca ne s’arrête pas, ca empire… j’ai envie de gerbé. Je n’arrive pas a savoir si c’est moi ou si c’est lui qui lâche le couteau et fonce vers Logan en hurlant vers le Talkie:

« Je vais te saigner sale enfoiré, tu vas crever »

Avec une rage et un besoin d’en découdre rare.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
Papa Ours
Logan CarterPapa Ours
avatar
Messages : 6607
Points : 8063
Date d'inscription : 16/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Sam 6 Jan - 20:43
S'imaginait-il sincèrement que ce serait aussi simple que cela ? Qu'il suffirait d'une conversation, courte, concise, d'aller droit au but pour s'en sortir sans accroche ? Pas totalement, mais, comme il le découvrir en entendant la voix de Joshua résonner dans sa tête, un peu quand même. Il l'avait espéré, en tout cas. Mais rien n'était jamais aussi simple avec cet homme, jamais. Il fallait toujours qu'il vienne foutre la merde dans tout ce qu'il touchait et en ce moment, il redoublait d'efforts et d'imagination pour blesser Logan, Isha surtout. Pour se venger ? Difficile à dire, pour Logan, ça relevait surtout du plaisir malsain et il se doutait fortement que le vieux Renard espérait tirer une réaction de ses deux victimes du jour. Passer cet appel était une idée profondément stupide. Logan n'aurait jamais du permettre que cela arrive. Il n'aurait pas du en arriver là, attendre un peu, qu'Isha ne soit pas présent, peut-être, ou qu'Alex soit là pour essayer de le contenir. Mais c'était trop tard et avant que le géant n'ait véritablement le temps de regretter son choix, ce qu'il craignait arriva.

Il n'avait pas fait attention, le regard fixé sur le talkie comme s'il aurait pu assassiner Joshua juste comme ça, il n'avait pas fait attention à Isha qui s'échauffait aussi dans son coin. La voix, brutale, de son fils adoptif, le ramena à la réalité. Il releva aussitôt les yeux vers le jeune homme et son seul réflexe, stupide, fut de couper tout bonnement la conversation. Son doigt relâcha brusquement le bouton, que plus personne ne puisse les entendre et il fourra l'objet dans sa poche pour se tourner vers le jeune homme, l'attrapant par les épaules pour le calmer. Sans aucune tendresse, loin de là, son geste était dur, le but de le maîtriser était clair. Il appuya sur les épaules d'Isha comme s'il cherchait à l'enfoncer au sol et lui jeta un regard noir, dur. « Calme-toi ! » ordonna-t-il tout aussi brutalement. « Ne lui donne pas ce qu'il veut. »

Doucement, le géant relâcha son emprise sur le jeune homme, espérant qu'il allait réussir à se calmer. Idée stupide qu'ils avaient eu là, vraiment stupide. Lui-même sentait la colère bouillir dans ses veines, mais il la retenait encore. Le moment viendrait où il pourrait la laisser s'exprimer, mais pas maintenant. Il voulait retenir chaque petite goutte de rage dans ses veines pour ce jour, pour s'assurer que cette fois, Joshua ne sortirait pas vivant de leur rencontre. Mais il y avait encore tant à faire avant. Retrouver Peter surtout. Tant que le gamin ne serait pas en sécurité, il fallait attendre, malgré la frustration, malgré la soif de vengeance. « Rentre chez toi. Et j'te jure que si tu essayes de te tirer en douce, j'viendrais te chercher et j'te le ferais regretter pour les vingts prochaines années. » lança-t-il de nouveau, toujours dur, mais plus mesuré tout de même. « On le retrouvera je te le jure et on le tuera. Mais on peut pas risquer ni ta vie, ni celle de Peter. Tu m'as bien compris ? »

_________________



A strong man is strongest alone. Ever heard that ?

Spoiler:
 
avatar
Messages : 4519
Points : 3028
Date d'inscription : 26/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   Dim 7 Jan - 19:29
Dire que je suis en rage est un euphémisme. Quelque qu’est pu être les problèmes avec Avalohn, je ne voulais que le meilleur pour elle. Rien que de penser au calvaire qu’avait dû être le sien me rend fou de colère. Je veux tuer, je veux faire mal, je veux savoir agir et faire quelques choses, pas rester à attendre de voir combien de tombes vont pousser encore a cause de mon vieux.

Logan, au lieu de me laisser "discuter" avec mon géniteur, lâche le talkie et se retourne contre moi. Ok, il est en train d’essayer de me calmer, mais je ne suis pas en état d’analyser la situation comme ça. Pour le moment il m’entrave et ça me rend encore plus hystérique parce que je ne supporte ni qu’on me touche ni que l’on soit sur mon chemin quand je veux défoncer, même verbalement, quelqu’un.

Je ne sais pas combien de temps cela dure et ses paroles m’arrivent de très très très loin. Ne pas lui donner ce qu’il veut ? Mais Logan à fumer ou quoi ? Des qu'il me relâche, je bondis loin de loin façon animal sauvage prêt a parer une nouvelle attaque. La haine me brule la gorge et je crois que je lui gueule "presque" dessus.

« IL A DÉJÀ CE QU’IL VEUT PUTAIN !!!?!! TU NE CAPTES PAS QUE NOS FEMMES ET NOS FAMILLES SONT DÉJÀ MORTES BORDEL ?!! IL NE LÂCHERA JAMAIS !! TU M’ENTENDS JAMAIS !! MÊME SI ON LUI SUCE LA QUEUE !»

Nous sommes au bout d’une corde, à sa merci. Logan à pas encore capter la façon de faire du vieux. Sa façon sadique de jouer avec les gens qu’il veut détruire. Non Logan a pas encore capté qu’on a perdu, que là, le jeu est fini, et que c’est juste notre agonie qu’il est en train de faire durer.

« Hier c’était Avalohn, aujourd’hui ça a failli être Joey et demain ça sera qui ? Joy ? Juliet ? »


Je pourrais essayer de lui expliquer ça calmement, sauf que ma vieille copine la colère est là, que je suis furieux, après le monde entier, qu’il a fait l’erreur de ne pas me laisser déverser ma colère sur le véritable responsable de mon état, et qu'il ne sait pas ce que je vies avec Robin, qui tambourine sans cesse dans ma tête. C’est juste une pure torture que de le repousser. En prime le lutte pourquoi ?  Pour juste souffrir encore et encore… alors que ca serait plus simple de me laisser aller et de le laisser encaisser à ma place.

Je reste les poings serrés, les yeux noirs et la mâchoire crispée à regarder Logan. Est-ce qu’il serait aussi calme si c’était Joy ou Juliet qui avaient subits tout ça ? Quand il me demande de rentrer chez moi et me menace comme un gosse, je ne peux pas me retenir de cracher au sol. Quant à sa promesse qu’on va le tuer, c’est avec un ricanement incrédule que je l’accueille.

« Fais pas de promesse que tu ne sauras pas tenir Logan. Peter est perdu, et que tu le veuilles ou non, je suis perdu comme tous nos proches ! Quand tu sauras prêt à faire ce qu’il faut pour sauver les autres, fais-moi signe.»


Je le regarde une dernière fois toujours fulminant, avant de tourner les talons pour faire ce que je dois faire pour sauver Joey comme je peux.

_________________
❝I'm a survivor ❞
    Isha Cornwell


Spoiler:
 
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: your eyes betray what burns inside you   
 
your eyes betray what burns inside you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
In Your Flesh :: Walking on the Streets :: Fort Hope Community
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum


Outils de modération